Georges Bensoussan : Tartuffe et le racisme

L'historien avait déclaré que « dans les familles arabes, en France, l’antisémitisme, on le tète avec le lait de la mère. »

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Invité d’Alain Finkielkraut en octobre 2015 sur France Culture, l’historien Georges Bensoussan avait eu ce mot : « Dans les familles arabes, en France, l’antisémitisme, on le tète avec le lait de la mère. » C’est cette phrase, aggravée de quelques autres, qui lui a valu de comparaître le 25 janvier devant la 17e chambre correctionnelle de Paris, poursuivi par plusieurs organisations antiracistes, dont la Ligue des droits de l’homme et le Collectif contre l’islamophobie en France. « Je parle d’une notion culturelle, pas génétique », s’est défendu celui qui est aujourd’hui responsable éditorial du Mémorial de la Shoah.

Tout est là : la transmission de l’antisémitisme par le lait de la mère, ce serait « culturel ». Et, bien sûr, pas la moindre essentialisation là-dedans ! Le tartuffe connaîtra le verdict du délibéré le 15 mars.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents