La droite et le centre torpillent le « droit à l’eau »

Une occasion historique d’inscrire dans la loi le droit à l’eau potable a été phagocytée au Sénat, à quelques heures des vacances parlementaires.

Erwan Manac'h  • 23 février 2017 abonné·es
La droite et le centre torpillent le « droit à l’eau »
© Photo : JKU / Science Photo Library

Quatre ans de travail des ONG et une occasion historique d’imprimer dans la loi française un droit d’accès à l’eau potable pour les plus démunis. C’est ce que les sénateurs LR ont torpillé, mercredi soir, à la veille des vacances parlementaires.

Les sénateurs écologistes défendaient une loi obligeant les communes à mettre à disposition gratuitement des points d’eau potable, des toilettes et des douches publiques, pour que l’accès à l’eau soit effectif pour les plus pauvres. Elle créait aussi un « chèque eau », une aide d’État préventive pour que les personnes à faibles ressources puissent s’acquitter de leurs factures.

Soutenue par le gouvernement, cette loi avait été votée le 14 juin à l’Assemblée. Il fallait qu’elle soit votée sans modification pour être définitivement adoptée. Mais le groupe LR a déposé des amendements de suppression sur chaque article, adoptés les uns après les autres. « Il s’est cantonné à une opposition de principe, sans faire de proposition concrète de modification, en rejetant purement et simplement les articles de la proposition de loi », regrette Sandra Métayer, coordinatrice de la Coalition eau, qui travaille avec la fondation France libertés sur ce dossier.

« Le vrai problème, c’est le gouvernement »

Une lourde responsabilité incombe aussi aux centristes (UDI-UC et RDSE). Leur abstention avait permis l’adoption du texte en commission de développement durable du Sénat le 8 février. Mais ils ont finalement choisi de s’y opposer, en appui des sénateurs LR.

Le vrai problème, c’est le gouvernement, pointe également, amer, Emmanuel Poilane, directeur de France Libertés. Il a tout fait pour que ce texte n’avance pas. Alain Vidalies [secrétaire d’État aux Transports et à la Mer, favorable à cette loi] était en minorité au ministère de l’Environnement. Nous avons dû nous battre comme des morts de faim pour faire avancer ce dossier à l’Assemblée.

Le débat a finalement été interrompu, car le temps imparti à la « niche écologiste », utilisée pour ce texte, était écoulé.

La proposition de loi pourra être à nouveau inscrite à l’agenda du Sénat, en juin, dans le cadre de la prochaine législature. D’ici là, les cartes auront été rebattues à l’Assemblée. Et l’opposition des parlementaires LR pourrait être difficile à surmonter. « Leur attitude a été hallucinante, réagit Emmanuel Poilane. C’était une proposition de loi non partisane et assez consensuelle. Ils l’ont explosée avec une violence incroyable. »

« Déresponsabiliser nos concitoyens »

Selon eux, ce texte imposerait aux collectivités locales de nouvelles contraintes. Ce droit était pourtant, « non normatif » et « non opposable », ont martelé ses défenseurs, hier au Sénat. Quant au « chèque eau », qui pourrait aider les 2 millions de Français dont la facture d’eau excède 3 % de leur revenu, il semble avoir été torpillé des raisons plus idéologiques : il « risque de faire croire que l’eau est un bien sans valeur », lançait ainsi Jean-François Longeot, sénateur démocrate, lors du débat au Sénat ce mercredi. Ou encore, il va « déresponsabiliser nos concitoyens, sur le plan économique comme sur le plan écologique, en décourageant les comportements vertueux », abondait Rémy Pointereau, sénateur LR. Une haute idée de leurs « concitoyens »

Et pourtant, Nicolas Sarkozy avait soutenu, en juillet 2010, une résolution pour le droit à l’eau à l’Assemblée générale de l’ONU. Depuis, la France n’a rien fait pour rendre cet engagement effectif.

« Il n’y a jamais eu autant de gens en précarité en France et les sénateurs le nient, s’offusque Emmanuel Poilane. Je trouve cela terrifiant. »

Politique
Temps de lecture : 3 minutes

Pour aller plus loin…

Drapeau palestinien à l’Assemblée : les sanctions à géométrie variable de Yaël Braun-Pivet
Parlement 29 mai 2024 abonné·es

Drapeau palestinien à l’Assemblée : les sanctions à géométrie variable de Yaël Braun-Pivet

Après avoir brandi un drapeau palestinien dans l’Hémicycle, le député LFI Sébastien Delogu a été suspendu pour 15 jours, la peine maximale pour un député. La présidente de l’Assemblée est coutumière de ce type de traitement partial, dénoncé par l’ensemble de la gauche.
Par Tristan Dereuddre
« Dans cette campagne, nous assumons de parler d’Europe »
Élections européennes 29 mai 2024 abonné·es

« Dans cette campagne, nous assumons de parler d’Europe »

Aurore Lalucq, eurodéputée en 4e position sur la liste PS-Place publique conduite par Raphaël Glucksmann, défend la pertinence de l’échelon européen face à la Russie et à la Chine. Et met en avant des propositions qui pourraient convaincre les classes populaires.
Par Lucas Sarafian
Macron et l’extrême droite : histoire d’un naufrage
Analyse 29 mai 2024 abonné·es

Macron et l’extrême droite : histoire d’un naufrage

En un septennat, le chef de l’État et ses soutiens n’ont cessé de trahir le pacte républicain sur lequel Emmanuel Macron s’était engagé en 2017. Tout en installant un face-à-face permanent et dangereux avec Marine Le Pen et le Rassemblement national.
Par Lucas Sarafian
Le Pen en rêvait, Macron l’a fait
Droitisation 29 mai 2024 abonné·es

Le Pen en rêvait, Macron l’a fait

Imaginer endiguer le vote lepéniste en reprenant une partie de ses idées sur les questions sécuritaires et sur l’immigration est illusoire, et crée les conditions permettant au RN d’appliquer son projet.
Par Michel Soudais