Hamon remanie son programme

Le programme présenté le 17 mars est différent de celui sur lequel le député socialiste a été désigné à la primaire.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


C’est un ravalement discret, mais le programme présenté le 17 mars par Benoît Hamon est bel et bien différent de celui sur lequel le député socialiste a été désigné à la primaire, en janvier. L’esprit du texte et la direction prise restent similaires dans les grandes lignes, la transition énergétique, la régulation de l’économie et la fin de l’austérité. Mais plusieurs mesures fortes et originales disparaissent : la présence de la société civile aux conseils d’administration des grandes entreprises ; les mesures facilitant la reprise des entreprises par leurs salariés en coopérative ou encore le renforcement de la responsabilité des dirigeants d’entreprise. Ce dernier point visait à interdire les rémunérations démesurées et à sanctionner les pratiques managériales dangereuses.

Les principales propositions contre l’austérité sont également refondues dans le projet d’Assemblée démocratique de la zone euro. Il dilue l’« annulation » des dettes des États – qui devient une « mutualisation » – et le « moratoire » sur les règles de rigueur du pacte de stabilité. La réforme de la Banque centrale européenne est aussi éclipsée par ce projet. Et l’idée de retirer du calcul du déficit les dépenses d’investissement n’est plus d’actualité.

On note en revanche plusieurs nouveautés, inspirées notamment par Arnaud Montebourg. Benoît Hamon souhaite s’opposer à la privatisation du rail, taxer les « super profits », réserver la moitié des marchés publics aux PME et créer une monnaie inter-entreprise pour dynamiser l’activité locale.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.