Le son de Los Angeles

Le bassiste Thundercat est en tournée en France : l’occasion de découvrir une figure phare de la scène californienne.

Des histoires de quartiers, de voisinage, de bars et de boîtes de nuit. Depuis les années 1930, la musique noire américaine est essentiellement une affaire urbaine. Difficile de dissocier le be-bop de New York, de ne pas penser à Motown lorsque l’on parle de Détroit. Dans les anthologies de la musique afro-américaine, les villes ont leurs pionniers, leurs familles musicales, leurs écoles, leur son. Du Philadelphia sound dans les années 1970, funk psychédélique à Dayton dans l’Ohio, au Minneapolis sound de…

Il reste 87% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Clandestin malgré lui

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents