Vers la fin de Tati

L'enseigne phare de la mode à petit prix ne résiste pas à la concurrence européenne sur le créneau du low cost. Le groupe Éram, propriétaire de l'entreprise, prépare sa vente.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


L'annonce est tombée le 28 février : Éram a cédé la gestion du groupe Agora Distribution, maison mère de Tati. La direction générale de la filiale a été confiée à Michel Rességuier. Directeur de Prosphères, un cabinet spécialiste de la transformation et du retournement d'entreprise, il a pour mission « de conduire le processus de recherche de repreneurs » de l'enseigne.

Selon Le Figaro, la banque d'affaires Oddo a aussi été mandatée pour « aider l'entreprise à trouver des solutions crédibles et sérieuses pour elle et les salariés ». Ces derniers sont 1 720 à travailler dans les quelque 140 magasins présents dans l’Hexagone.

Échec face à la concurrence mondiale

Créée en 1948 par Jules Ouaki, l'enseigne a été précurseur de la mode à petits prix. Mais, depuis quelques années, elle peine à faire face à la mondialisation du marché des vêtements, notamment suite à l'implantation du géant irlandais Primark en France. Le journal Libération avance que, en 2015, l'entreprise a enregistré une perte de 37 millions d'euros pour 356 millions de chiffre d'affaires.

Déjà, la boutique de la rue de Rennes (Paris VIe) a été rachetée par la chaîne Zara. Reste à savoir qui va reprendre le mythique magasin du boulevard Rochechouart (Paris XVIIIe) dont l'enseigne était devenue indissociable du quartier Barbès.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents