Gouvernement : Macron étend le champ de sa recomposition politique

La nomination très visible de Nicolas Hulot ne saurait faire oublier l'orientation économique néolibérale du gouvernement d’Édouard Philippe, composé à parité de 22 ministres.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Le premier gouvernement d’Emmanuel Macron, nommé mercredi après-midi, compte 22 membres. C’est un peu plus que les 15 ministres annoncés durant la campagne mais cela reste un gouvernement resserré, composé de 16 ministres de plein exercice, dont trois ministres d’État, deux ministres délégués, et quatre secrétaires d’État. Il est aussi paritaire.

L’équilibre politique que promettait Emmanuel Macron est atteint, au-delà même de ce qui avait été imaginé. Derrière Édouard Philippe, Premier ministre issu des Républicains, le nouveau gouvernement comprend trois ministres d’État : Gérard Collomb (Intérieur), Nicolas Hulot (Transition écologique et solidaire) et François Bayrou (garde des Sceaux).

La nomination de l’écologiste Nicolas Hulot constitue la principale surprise de ce gouvernement. Après avoir divisé et asséché le PS ces derniers mois, commencé à fracturer la droite en nommant le député maire du Havre à Matignon, Emmanuel Macron avec cette prise de guerre supplémentaire cherche à jeter le trouble dans le camp écologiste déjà passablement fragmenté. Mercredi matin, alors que l’annonce de la nomination de l’ancien animateur d’« Ushuaïa » n’était encore qu’une hypothèse, Cécile Duflot, au micro de France Info, affichait sa satisfaction :

Si Nicolas Hulot devient ministre, c'est qu'il aura obtenu des engagements qui feront que les orientations aujourd'hui portées par le président de la République prendront un virage à 180 degrés, ou même à 90 degrés.

Elle n’excluait pas, si elle était réélue au Palais Bourbon, de voter la confiance au gouvernement du Premier ministre Édouard Philippe, si les choses vont « dans le bon sens ».

LIRE > Nicolas Hulot : l'écolo utile ?

La droite aux postes clés de l’économie

Dans sa campagne, le président de la République avait annoncé un gouvernement reposant sur trois piliers, des ministres « issus de la gauche, de la droite et de la société civile ». Qu'en est-il ?

Trois ministres (Intérieur, Europe et Affaires étrangères, Cohésion des territoires) et le secrétaire d'État chargé des Relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, viennent du PS ; deux ministres (Agriculture, Outre-Mer) sont membres du PRG. Voilà pour la « gauche », si on peut encore l'appeler ainsi.

Côté « droite », le MoDem est particulièrement bien servi : pas moins de trois ministres, dont deux régaliens et un d’État, sont issus de ses rangs, Sylvie Goulard, ministre des Armées, ayant rallié En marche ! tout récemment. Cette surreprésentation vise-t-elle à compenser le faible nombre de recrues en provenance du parti Les Républicains ? C’est probable, mais en choisissant de nommer les deux « Républicains » débauchés à Bercy – Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, et Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics –, Emmanuel Macron et Édouard Philippe – lui-même membre de LR – ont manifestement choisi de rassurer la droite sur l’orientation économique et budgétaire de leur gouvernement. En vue de ralliements ultérieurs...

Ce ne sont pas les titulaires, issus de « la société civile », des portefeuilles clés que sont le Travail, les Solidarités et la Santé – on note l'absence incompréhensible d'un ministère du Logement dans ce gouvernement – qui inquiéteront le Medef ou la droite.


Voici la composition complète du gouvernement du Premier ministre Edouard Philippe, dévoilé mercredi :

Ministres

  • Ministre d'État, ministre de l'Intérieur : Gérard Collomb

  • Ministre d'État, ministre de la Transition écologique et solidaire : Nicolas Hulot

  • Ministre d'État, garde des Sceaux, ministre de la Justice : François Bayrou

  • Ministre des Armées : Sylvie Goulard

  • Ministre de l'Europe et des Affaires étrangères : Jean-Yves Le Drian

  • Ministre de la Cohésion des Territoires : Richard Ferrand

  • Ministre des Solidarité et de la Santé : Agnès Buzyn

  • Ministre de la Culture : Françoise Nyssen

  • Ministre de l'Économie : Bruno Le Maire

  • Ministre du Travail : Muriel Pénicaud

  • Ministre de l'Éducation nationale : Jean-Michel Blanquer

  • Ministre de l'Agriculture et de l'alimentation : Jacques Mézard

  • Ministre de l'Action et des comptes publiques : Gérald Darmanin

  • Ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation : Frédérique Vidal

  • Ministre des Outre-mer : Annick Girardin

  • Ministre des Sports : Laura Flessel

  • Ministre auprès du ministre d'État, ministre de la Transition écologique, chargée des Transports : Élisabeth Borne

  • Ministre auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, chargée des Affaires européennes : Marielle de Sarnez

Secrétaires d'État auprès du Premier ministre

  • Chargé des Relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement : Christophe Castaner

  • Chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes : Marlène Schiappa

  • Chargée des personnes handicapées : Sophie Cluzel

  • Chargé du numérique : Mounir Mahjoubi


Haut de page

Voir aussi

Articles récents