Législatives : Une pro-Assad en échec

Adeline Chenon-Ramlat n'a finalement pas été investie par la France insoumise. Ce qui a entraîné sa colère.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Nous avions déploré (Politis n° 1454, 11 mai) l’investiture accordée par la France insoumise pour les législatives à une propagandiste zélée de Bachar Al-Assad. Les protestations n’ont pas été vaines. Adeline Chenon-Ramlat, qui devait être suppléante dans la 6e circonscription des Hauts-de-Seine, a finalement été remplacée in extremis. Ce qui a entraîné sa colère.

Dans une lettre ouverte à la direction de la France insoumise, Adeline Chenon-Ramlat dit avoir obtenu le soutien de Djordje Kuzmanovic, avec qui elle « réfléchit sur le dossier syrien » et qui a tenté, dit-elle, de faire « invalider » la décision du comité électoral. Ce qui jette une nouvelle fois une lumière crue sur la position du conseiller international de Jean-Luc Mélenchon. Quoi qu’il en soit, la France insoumise a pris la bonne décision.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.