Législatives : Une pro-Assad en échec

Adeline Chenon-Ramlat n'a finalement pas été investie par la France insoumise. Ce qui a entraîné sa colère.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Nous avions déploré (Politis n° 1454, 11 mai) l’investiture accordée par la France insoumise pour les législatives à une propagandiste zélée de Bachar Al-Assad. Les protestations n’ont pas été vaines. Adeline Chenon-Ramlat, qui devait être suppléante dans la 6e circonscription des Hauts-de-Seine, a finalement été remplacée in extremis. Ce qui a entraîné sa colère.

Dans une lettre ouverte à la direction de la France insoumise, Adeline Chenon-Ramlat dit avoir obtenu le soutien de Djordje Kuzmanovic, avec qui elle « réfléchit sur le dossier syrien » et qui a tenté, dit-elle, de faire « invalider » la décision du comité électoral. Ce qui jette une nouvelle fois une lumière crue sur la position du conseiller international de Jean-Luc Mélenchon. Quoi qu’il en soit, la France insoumise a pris la bonne décision.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents