Les prud’hommes désertés depuis la loi Macron

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Depuis le mois d’août, les règles de saisine des tribunaux prud’homaux ont changé. Les salariés doivent désormais constituer un dossier écrit avec toutes les pièces justificatives pour entamer la procédure, en vertu d’une disposition de la loi Macron censée accélérer le traitement des plaintes et éviter l’examen de dossiers incomplets. Résultat, le nombre de saisines devant les conseils de Lyon et de Paris a chuté de 40 %, selon la CFDT, citée par France Inter. Les salariés les moins avertis sur les pièges juridico-administratifs du droit du travail semblent en effet préférer passer leur chemin. Un très mauvais signal, décelé dans plusieurs villes de France par les syndicats, alors qu’Emmanuel Macron entend remettre sur la table le plafonnement des indemnités prud’homales contre les employeurs délinquants.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.