Turquie : La répression s’aggrave

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Recep Tayyip Erdogan se sent visiblement en position de force depuis sa victoire au référendum du 16 avril dernier renforçant ses pouvoirs. Le 26 avril, le régime a fait arrêter un millier de personnes et suspendu plus de 9 100 policiers. Trois jours plus tard, le gouvernement a de nouveau révoqué près de 4 000 fonctionnaires (dont un millier d’employés du ministère de la Justice, un millier de l’armée et 500 universitaires) et bloqué l’accès à l’encyclopédie en ligne Wikipédia, jugeant que la Turquie y était mal présentée dans certains articles. Enfin, il a interdit par décret les émissions TV de rencontres amoureuses. Celles-ci, selon un ministre, dégraderaient « l’institution de la famille et lui retirent sa noblesse et sa sainteté »…


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.