Loi travail : alerte à l’enfumage

Le contenu de la loi d’habilitation par ordonnances, examinée le 28 juin, laisse une grande marge de manœuvre au gouvernement et confirme les pires inquiétudes des syndicats.

Erwan Manac'h  et  Malika Butzbach  • 28 juin 2017 abonné·es
Loi travail : alerte à l’enfumage
© photo : Michel Euler/AFP

Énième épisode qui dessine de manière encore plus floue ce que sera la « loi travail XXL » d’Emmanuel Macron. Nous connaissons désormais les grandes lignes du « projet de loi d’habilitation », que le conseil des ministres devait examiner le 28 juin, autorisant l’exécutif à prendre « des mesures pour la rénovation sociale ». Le titre vague, les articles courts et synthétiques correspondent à la nature de ce type de texte. Et cela ne rassure pas lorsque l’on sait que c’est celui-ci qui donnera naissance à une réforme profonde du droit du travail d’ici à la fin du mois de septembre. Dans les six pages se bousculent les propositions plus ou moins attendues avec, pour seul point commun, leur imprécision.

À lire aussi >> Ce que l’on sait de la « loi travail XXL »

Première mesure emblématique, déjà censurée par le Conseil constitutionnel et retirée de la première loi travail l’an dernier sous la pression de la rue : la « barèmisation » des dommages et intérêts aux prud’hommes. Cette mesure, la plus impopulaire au sein des syndicats, vise à établir « des planchers et des plafonds obligatoires » aux dommages et intérêts lorsqu’un licenciement est considéré comme abusif par le tribunal des prud’hommes. Selon le texte, il s’agit de « renforcer la prévisibilité des employeurs lorsque ceux-ci se séparent de leurs salariés ». Autrement dit, les employeurs connaîtront le coût d’un licenciement illégal avant même de commettre la fraude. De même, les salariés licenciés sauront combien ils toucheront avant que le jugement ne soit rendu, ce qui

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Politique
Temps de lecture : 8 minutes

Pour aller plus loin…

Génération·s : derrière la crise, la main de LFI ?
Politique 23 février 2024

Génération·s : derrière la crise, la main de LFI ?

Le petit parti fondé par Benoît Hamon, tiraillé entre plusieurs options pour les européennes, vient de désapprouver ses deux dirigeants nationaux, Léa Filoche et Arash Saeidi. Des membres les accusent d’avoir tenté un « coup de force ».
Par Lucas Sarafian
Face au RN, les contradictions de la Macronie
Analyse 21 février 2024

Face au RN, les contradictions de la Macronie

Au sein de la coalition présidentielle, les positions sont très floues sur l’attitude à adopter face à la formation de Marine Le Pen. Les erreurs et les « fautes » sur le sujet rendent la ligne macroniste illisible et inconséquente face à la progression de l’extrême droite dans le pays.
Par Lucas Sarafian
La difficile résistance d’une certaine idée du communisme municipal
Analyse 21 février 2024 abonné·es

La difficile résistance d’une certaine idée du communisme municipal

En 2021, le maire PCF de Grigny, Philippe Rio, remportait le titre de meilleur maire du monde. Cette année, c’est la maire communiste de Graz – la deuxième ville d’Autriche –, Elke Kahr, qui remporte le titre. Le communisme municipal a-t-il de beaux jours devant lui ?
Par Lucas Sarafian
Accusée d’être hors de « l’arc républicain », la France insoumise veut jouer bloc contre bloc
Analyse 19 février 2024

Accusée d’être hors de « l’arc républicain », la France insoumise veut jouer bloc contre bloc

Marginalisé par les troupes macronistes, le mouvement mélenchoniste refuse de revoir sa stratégie de la conflictualité. Les plus unionistes des ex-alliés de la Nupes tentent de déconstruire le récit du gouvernement et de la majorité. Mais le bruit et la fureur sont toujours d’actualité.
Par Lucas Sarafian