Salon du Bourget : Manifestation contre la présence d’un « marchand d’armes » israélien

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


B oycott Israël apartheid », pouvait-on lire sur certains T-shirts arborés par des militant(e)s de la campagne BDS (Boycott Désinvestissement Sanctions), au 52e Salon de l’aéronautique du Bourget, samedi 24 juin. Ils étaient une vingtaine accompagnés de membres du collectif des « Désobéissants » à protester contre la présence des entreprises israéliennes, dont la société Elbit Systems, qui sont « liées au business de la guerre ». « Marchand d’armes » majeur en Israël, Elbit serait « complice de crimes de guerre » en fournissant des drones militaires à l’armée israélienne contre la population de Gaza, tout particulièrement lors des bombardements de 2008 et 2014 qui ont fait plusieurs milliers de victimes civiles. Plus généralement, les militants de la campagne BDS demandent un « embargo militaire contre Israël » et « l’exclusion du salon de toutes les entreprises liées au business de la guerre ».

Depuis 2005, un an après l’avis de la Cour internationale de justice jugeant illégale la barrière de séparation israélienne en Cisjordanie, BDS appelle à exercer diverses pressions (économiques, académiques, culturelles et politiques) sur Israël. L’objectif du mouvement est la fin de l'occupation et de la colonisation des terres palestiniennes, l'égalité complète pour les citoyens palestiniens d’Israël, et le respect du droit au retour des réfugiés. Les militants BDS se réfèrent aux campagnes de boycott conduites contre le régime d'apartheid d’Afrique du Sud jusqu’en 1991.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents