Silence sur les Malta Files ?

Près de 150 000 documents confidentiels révèlent une optimisation fiscale massive. Mais personne n’en parle.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


La révélation date du 1er juin : « Renault et PSA, qui ont tous deux l’État à leur capital, ont éludé 119 millions d’euros d’impôts en installant leurs filiales d’assurances à Malte », résume Mediapart, qui a sorti l’affaire avec le réseau européen EIC. Près de 150 000 documents confidentiels constituent les Malta Files. Mais personne n’en parle. 

« Le porte-parole de Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, nous a répondu, sans rire, que cette optimisation fiscale était légale… », commente Mediapart. Et de rappeler : l’optimisation fiscale prive la France d’au moins 60 milliards d’euros par an. Malte, qui préside l’Union jusqu’au 30 juin, ampute ses partenaires de deux milliards d’euros de recettes fiscales. Seuls les eurodéputés verts ont réagi en réalisant un rapport sur le contournement de l’impôt par l’île. Le ministre des Finances de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, lui, a taxé Malte de « Panama de l’Europe ».


Haut de page

Voir aussi

Articles récents