G20 : Macron se rêve en héros du climat

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


La planète unie contre Donal Trump sur le climat, avec la France à sa tête : c’est l’impression qu’a voulu laisser Emmanuel Macron lors du G20, en annonçant de façon inopinée un « sommet d’étape » le 12 décembre, soit deux ans après la COP 21 de Paris. Peu importe si la COP 23 se tient quelques semaines auparavant à Bonn, sous la présidence des îles Fidji, directement menacées par la montée des océans. Et peu importe si l’écologie ne semblait pas faire partie de l’ADN macronien. Pour le président français, la symbolique de l’Accord de Paris est plus forte que tout ça, et le retrait des États-Unis a lancé son plan d’action pour s’affirmer comme leader de la planète plus verte. Son appel du pied aux scientifiques américains, ses rencontres internationales sur le thème du climat, la nomination de Hulot au gouvernement… D’ailleurs, le Plan climat de ce dernier n’a pas été rejeté en bloc par les ONG, même si elles restent prudentes. Un plan de com’ bien rodé, que Macron espère entretenir à coups d’annonces bien ficelées. À quand les actes ?


Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents