Rwanda : Ouvrir les archives, toutes les archives !

Il revient au nouveau Président de permettre de connaître l’entière vérité sur la responsabilité de la France dans le génocide rwandais.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Les autorités françaises ont-elles sciemment réarmé les responsables du génocide rwandais alors qu’ils fuyaient vers le Zaïre (aujourd’hui République démocratique du Congo) ? La revue XXI l’affirme dans son numéro du 28 juin en s’appuyant sur le témoignage anonyme d’un haut fonctionnaire qui a pu consulter des archives déclassifiées en avril 2015 sur décision de François Hollande. Le témoignage est corroboré par un ancien officier cité par Le Monde.

Celui-ci, Guillaume Ancel, présent au Rwanda dans le cadre de l’opération « Turquoise », affirme avoir vu « la réalisation d’une de ces livraisons dans la deuxième quinzaine de juillet (1994) ». La directive aurait été signée par Hubert Védrine, alors secrétaire général de l’Élysée. Cette livraison, si elle est avérée, serait intervenue en violation de l’embargo sur les armes décrété par l’ONU.

À peine entrouvertes, les archives ont aussitôt été refermées. Il revient aujourd’hui au nouveau président de la République d’ouvrir toutes les archives qui permettront de connaître l’entière vérité sur la responsabilité de la France dans ce génocide qui, entre avril et juillet 1994, a fait plus de huit cent mille morts, en immense majorité tutsis.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents