Gauche : À la reconquête des classes populaires

Combien de temps peut durer une démocratie dans laquelle moins de la moitié des Français de plus de 18 ans se déplacent aux législatives ? Le temps presse, mais on ne renoue pas si facilement avec ceux que l’on a abandonnés.

Pauline Graulle  • 18 octobre 2017
Partager :
Gauche : À la reconquête des classes populaires
© photo : PHILIPPE HUGUEN/AFP

À quel moment les classes populaires ont-elles disparu du paysage politique ? Le sociologue Gérard Mauger se souvient qu’à la fin des années 1960, « le PCF faisait encore 20 % des voix. Alors, qu’on soit pour ou contre, l’intérêt pour la “classe ouvrière” allait de soi ». Un passé proche qui semble aujourd’hui si lointain… Après le programme commun de Mitterrand, le tournant de la rigueur de 1983 a été le prélude à l’effondrement de la représentation des classes populaires dans le champ politique. Le chômage de masse et le capitalisme financier ont tout complexifié. Incompris, les mondes populaires ont déserté les bancs du pouvoir, puis les isoloirs. Jusqu’au terrible renoncement de 2011, quand le PS écrira noir sur blanc les bonnes raisons de ne plus s’adresser à sa base sociale historique.

Aujourd’hui pourtant, à droite comme à gauche, on recommence à se passionner pour cette si mal nommée « France d’en bas » – ces 51 % de Français « employés » ou « ouvriers ». C’est que, quand le FN frappe à la porte du pouvoir, il faut bien aller récupérer, en urgence, les brebis égarées !

Théoriquement, le quinquennat de Macron, le « Président des riches », ouvre un boulevard électoral pour qui se revendiquera le mieux le candidat du « peuple ». « Les 600 000 voix qui ont manqué à Jean-Luc Mélenchon pour gagner la présidentielle sont dans les quartiers populaires », lançait Éric Coquerel, député France insoumise, à l’université d’été du mouvement, en août. Il faut aussi se demander combien de temps peut durer une démocratie dans laquelle moins de la moitié des Français de plus de 18 ans se déplacent aux législatives. Le temps presse, mais on ne renoue pas si facilement avec ceux que l’on a abandonnés.

À lire dans ce dossier :

• Classes populaires : Le nouveau « graal » de la gauche

• « L’abstention est le fait de mécanismes sociologiques »

• Pas de quartier(s) pour les politiques

• Reconquête des classes populaires : La gueule de l’emploi

Politique
Temps de lecture : 2 minutes
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Manon Aubry : « Jordan Bardella est le larbin des grands patrons »
Entretien 28 mai 2024 abonné·es

Manon Aubry : « Jordan Bardella est le larbin des grands patrons »

La tête de liste de La France insoumise tente de marquer sa différence avec les autres forces de gauche. Tout en défendant la pertinence de ses propositions économiques et sociales en « rupture » avec les socialistes européens, les libéraux et la droite.
Par Lucas Sarafian
Patrice Bessac : « Nous ne pouvons pas laisser la France à l’extrême droite » 
Entretien 24 mai 2024 abonné·es

Patrice Bessac : « Nous ne pouvons pas laisser la France à l’extrême droite » 

Le maire communiste de Montreuil alerte sur la possibilité de l’arrivée du Rassemblement national au pouvoir, ce qui créerait, selon lui, un « nouveau système politique » auquel « les maires seront les premiers confrontés ». L’édile de Seine-Saint-Denis en appelle à toutes les gauches en vue de la prochaine élection présidentielle pour sortir de la minorité.
Par Lucas Sarafian
Nouvelle-Calédonie : « La position de la France dans le Pacifique est fragile »
Entretien 21 mai 2024 abonné·es

Nouvelle-Calédonie : « La position de la France dans le Pacifique est fragile »

La directrice de l’Observatoire géopolitique de l’Indo-Pacifique à l’Institut de relations internationales et stratégiques, Marianne Péron-Doise, revient sur les enjeux régionaux de la crise calédonienne.
Par Patrick Piro
« Les Kanaks ne renonceront jamais à l’indépendance »
Nouvelle-Calédonie 21 mai 2024 abonné·es

« Les Kanaks ne renonceront jamais à l’indépendance »

Le gouvernement porte la responsabilité des violences en Nouvelle-Calédonie, accuse Dominique Fochi, secrétaire générale de l’Union calédonienne, principal parti indépendantiste du pays.
Par Patrick Piro