Pas de quartier(s) pour les politiques

« Paternalisme », « trahison », « OPA »… les mots durs dénoncent l’action de la gauche dans les zones les plus pauvres. Mais loin d’être désœuvrée, la population s’organise en dehors des cercles classiques.

Nadia Sweeny  • 18 octobre 2017 abonné·es
Pas de quartier(s) pour les politiques
© photo : LIONEL BONAVENTURE/AFP

Quand Delphine pousse la porte des services sociaux à Gonesse, ville populaire de 26 000 habitants dans le Val-d’Oise, elle est déterminée. Du haut de son mètre soixante, cette aide hôtelière à l’hôpital publique – un poste situé en dessous des aides-soignantes dans la hiérarchie hospitalière – exige de rencontrer l’assistante sociale : « J’ai remboursé les 16 000 euros de retard de loyer, je veux que le bailleur lève la mesure d’expulsion et rétablisse mes APL. » Un grand Noir s’engouffre derrière elle dans le bureau de la secrétaire : « Je suis son haut-parleur, affirme-t-il, je représente l’association Force citoyenne. » « Vous êtes bien entourée ! », grince la secrétaire en lançant un regard à Delphine. Et c’est vrai que cette ancienne électrice du Front national a su bien s’entourer. Elle a trouvé Hadama Traoré – avec un « H », contrairement à son homonyme, victime de violence policière – sur Facebook : « Je cherchais quelqu’un pour me soutenir dans mes démarches et je l’ai appelé, explique cette habitante de cité HLM. Quand tu fais du bruit seule, tu passes pour une folle, mais quand tu arrives à plusieurs, le rapport de force est différent. »

« Les bailleurs sont intouchables »

Rééquilibrer ce rapport de force,

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Politique
Temps de lecture : 10 minutes