Pas de quartier(s) pour les politiques

« Paternalisme », « trahison », « OPA »… les mots durs dénoncent l’action de la gauche dans les zones les plus pauvres. Mais loin d’être désœuvrée, la population s’organise en dehors des cercles classiques.

Nadia Sweeny  • 18 octobre 2017 abonné·es
Pas de quartier(s) pour les politiques
© photo : LIONEL BONAVENTURE/AFP

Quand Delphine pousse la porte des services sociaux à Gonesse, ville populaire de 26 000 habitants dans le Val-d’Oise, elle est déterminée. Du haut de son mètre soixante, cette aide hôtelière à l’hôpital publique – un poste situé en dessous des aides-soignantes dans la hiérarchie hospitalière – exige de rencontrer l’assistante sociale : « J’ai remboursé les 16 000 euros de retard de loyer, je veux que le bailleur lève la mesure d’expulsion et rétablisse mes APL. » Un grand Noir s’engouffre derrière elle dans le bureau de la secrétaire : « Je suis son haut-parleur, affirme-t-il, je représente l’association Force citoyenne. » « Vous êtes bien entourée ! », grince la secrétaire en lançant un regard à Delphine. Et c’est vrai que cette ancienne électrice du Front national a su bien s’entourer. Elle a trouvé Hadama Traoré – avec un « H », contrairement à son homonyme, victime de violence policière – sur Facebook : « Je cherchais quelqu’un pour me soutenir dans mes démarches et je l’ai appelé, explique cette habitante de cité HLM. Quand tu fais du bruit seule, tu passes pour une folle, mais quand tu arrives à plusieurs, le rapport de force est différent. »

« Les bailleurs sont intouchables »

Rééquilibrer ce rapport de force, prendre la défense des invisibles et drainer cette énergie revendicative. Tels sont les objectifs de La révolution est en marche, un mouvement qui englobe Force citoyenne et un parti politique nommé Démocratie représentative. C’est Hadama Traoré, habitant de la cité des 3 000, à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), qui lui a donné naissance en janvier. Aujourd’hui, la page Facebook du mouvement est suivie par 15 000 abonnés, principalement issus des cités dites « sensibles ». Et Hadama Traoré est connu dans nombre de ces zones reculées, où les institutions, quelles qu’elles soient – bailleurs sociaux, mairies, écoles… –, sont vécues à la fois comme écrasantes mais aussi impuissantes à régler les problèmes de la population. Renvoyant les usagers les plus précaires à une situation d’habitants isolés, sans voix et sans pouvoir.

« En France, quand vous avez des problèmes, vous la fermez », aurait intimé une représentante du bailleur à plusieurs voisins de Delphine, rassemblés par hasard dans le hall de

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Politique
Temps de lecture : 10 minutes

Pour aller plus loin…

Face au RN, les contradictions de la Macronie
Analyse 21 février 2024

Face au RN, les contradictions de la Macronie

Au sein de la coalition présidentielle, les positions sont très floues sur l’attitude à adopter face à la formation de Marine Le Pen. Les erreurs et les « fautes » sur le sujet rendent la ligne macroniste illisible et inconséquente face à la progression de l’extrême droite dans le pays.
Par Lucas Sarafian
La difficile résistance d’une certaine idée du communisme municipal
Analyse 21 février 2024 abonné·es

La difficile résistance d’une certaine idée du communisme municipal

En 2021, le maire PCF de Grigny, Philippe Rio, remportait le titre de meilleur maire du monde. Cette année, c’est la maire communiste de Graz – la deuxième ville d’Autriche –, Elke Kahr, qui remporte le titre. Le communisme municipal a-t-il de beaux jours devant lui ?
Par Lucas Sarafian
Accusée d’être hors de « l’arc républicain », la France insoumise veut jouer bloc contre bloc
Analyse 19 février 2024

Accusée d’être hors de « l’arc républicain », la France insoumise veut jouer bloc contre bloc

Marginalisé par les troupes macronistes, le mouvement mélenchoniste refuse de revoir sa stratégie de la conflictualité. Les plus unionistes des ex-alliés de la Nupes tentent de déconstruire le récit du gouvernement et de la majorité. Mais le bruit et la fureur sont toujours d’actualité.
Par Lucas Sarafian
Catherine Vautrin, ministre de la Santé et (pas vraiment) du Travail
Travail 16 février 2024

Catherine Vautrin, ministre de la Santé et (pas vraiment) du Travail

Depuis son arrivée à la tête d’un « superministère » regroupant le Travail, la Santé et les Solidarités, Catherine Vautrin ne s’est que très peu exprimée sur le sujet du travail, abandonnant des agents du ministère inquiets et laissant les politiques libérales être décidées à Matignon.
Par Pierre Jequier-Zalc