Loi travail : Force ouvrière rejoint la lutte, malgré sa direction

Le 29 septembre, le comité confédéral du syndicat a mis son secrétaire général en minorité, le forçant à organiser une journée de mobilisation avec les autres organisations syndicales.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Un mois après la publication des ordonnances sur le code du travail, Force ouvrière ne peut plus contenir sa base. Le 29 septembre, le comité confédéral du syndicat a mis son secrétaire général en minorité, le forçant à organiser une journée de mobilisation avec les autres organisations syndicales. Des rumeurs de démission ont été finalement écartées, car Jean-Claude Mailly doit quitter ses fonctions en avril. Déjà, lors des manifestations des 12 et 21 septembre, la direction du syndicat « réformiste » avait été désavouée par de nombreuses fédérations qui dénoncent la ligne ambiguë de Jean-Claude Mailly, opposé aux ordonnances, mais refusant toute manifestation par principe.

L’idée d’une intersyndicale est déjà portée par la CGT, Solidaires et la CFE-CGC. Le sujet n’est officiellement pas à l’ordre du jour à la CFDT, où l’on croit encore en la possibilité de « combattre sur les décrets de mise en application des ordonnances ». Son secrétaire général, Laurent Berger, affronte néanmoins une fronde interne de plus en plus bruyante.


Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents