Syndicats : l’impossible unité ?

L'ensemble des organisations de salariés se sont réunies lundi soir, mais un mouvement unitaire contre les ordonnances sera difficile à construire.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Le front semblait uni, mais seulement en façade. On pourrait résumer ainsi la réunion intersyndicale qui s’est tenue lundi soir en présence de toutes les organisations de salariés – CGT, CFDT, FO, CFE-CGC, CFTC, Solidaires, Unsa, FSU – ainsi que d’organisations de jeunesse (dont l’Unef).

Tout le monde était donc là, mais pas avec les mêmes projets : si la CGT souhaitait l’organisation d’une « grande journée unitaire » contre les ordonnances avant les vacances de la Toussaint – avec l’appui de Solidaires –, les syndicats réformistes – CFDT, CFTC et Unsa – s’opposaient à ce mot d’ordre exclusif, dans l’optique de basculer sur la bataille de l’assurance chômage, de l’apprentissage et de la formation professionnelle. Une volonté qu’ils partagent avec… Emmanuel Macron, qui reçoit les responsables patronaux et syndicaux sur ces sujets les 12 et 13 octobre, afin de tourner définitivement la page des ordonnances.

Le Président n’est pourtant pas au bout de ses peines. Dès lundi soir, la CGT a appelé, seule, à une troisième journée de mobilisation le 19 octobre. Elle souhaite également un mouvement « le plus unitaire possible pour la mi-novembre », qui sera à l’ordre du jour d’une nouvelle rencontre le 24 octobre.

Force ouvrière n’a pas annoncé si elle s’associerait à l’appel de la CGT, pourtant conforme au mandat donné par le parlement de FO à son secrétaire général, Jean-Claude Mailly, de participer à une mobilisation contre les ordonnances avant leur ratification, préférant laisser entendre qu’elle pourrait s’associer à une date « courant novembre ». La CFE-CGC, qui souhaite également une telle journée, a voulu apparaître optimiste : il n’est « pas impossible de penser qu'on arrive un jour à une unité », a-t-elle déclaré. Une prudence sémantique bienvenue : il reste à ce jour fort improbable que la CFDT se joigne au mouvement de contestation.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents