Le bien privé contre le bien public

S’est installée l’idée que les impôts sont une chose affreuse.

Jean-Marie Harribey  • 15 novembre 2017 abonné·es
Le bien privé contre le bien public
Photo : Attac manifeste le 10 novembre devant un Apple Store parisien pour protester contre l'échappement à l'impôt de la multinationale.
© JACQUES DEMARTHON / AFP

L****e scandale des « Paradise Papers » est sur la place publique. Il est maintenant sûr que 350 milliards d’euros sont escroqués chaque année aux États, dont 120 aux États européens et 20 à l’État français. Ces sommes recouvrent l’optimisation fiscale (200 milliards pour le monde, 60 pour l’Europe et 10 pour la France) et l’évasion ou la fraude pour le reste. Il est aussi confirmé que les paradis fiscaux ont pour noms en Europe : Luxembourg, Pays-Bas, Irlande, Royaume-Uni avec ses îles. Et que les optimisateurs, évadés et autres fraudeurs

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)

Chaque semaine, nous donnons la parole à des économistes hétérodoxes dont nous partageons les constats… et les combats. Parce que, croyez-le ou non, d’autres politiques économiques sont possibles.

Temps de lecture : 3 minutes