Alstom : les syndicats haussent le ton contre le « mariage forcé » avec Siemens

L’intersyndicale, inquiète pour l’emploi et la stratégie de l'entreprise française, critique vertement le projet de « filialisation dans Siemens ».

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


On sait ce qu’il faut penser des « promesses » des dirigeants ou actionnaires de multinationales lors de privatisations ou de fusions-acquisitions. Sans revenir sur l’affirmation péremptoire de Nicolas Sarkozy assurant que GDF ne serait « jamais privatisé » alors qu’il devenait quelque temps après GDF-Suez, on se souvient de la « promesse » de l’américain General Electric, lors du rachat en 2015 – avec la bénédiction du ministre de l’Économie, un certain Emmanuel Macron à l’époque – de la branche énergie d’Alstom, non seulement de ne procéder à aucune suppression d’emplois mais même d’en créer 1 000 en France d’ici à 2018 ! On apprenait ainsi à l’automne dernier que l’usine Alstom de Grenoble, qui fabrique notamment des turbines hydrauliques et d’autres composants pour nos vaillantes centrales nucléaires, allait subir une suppression de 345 postes, décidée par General Electric.

À lire aussi >> General Electric : Un fiasco industriel

Depuis, le président Macron a contribué à la « fusion » du reste d’Alstom avec l’allemand Siemens, opération qui in fine lui donnera le contrôle complet du fleuron industriel français, en particulier en matière de construction ferroviaire (nos TGV). Mais, sans doute échaudés par les fâcheux précédents suscités, les syndicats d’Alstom semblent de moins en moins enclins à approuver ce qui constitue un véritable mariage forcé. Déjà, à la mi-janvier, ils avaient tous refusé de voter sur ce projet qui doit se conclure en juillet prochain. Mais, cette fois, l’intersyndicale – composée de la CFDT, la CGT, FO et la CFE-CGC – hausse le ton et a pris position officiellement, dans un tract distribué à tous les salariés du groupe, contre « le projet de filialisation d’Alstom dans Siemens », qui pour ces organisations « est uniquement politique et financier, sans aucune stratégie industrielle ». Les organisations syndicales reprennent là le contenu d’un rapport d’expertise indépendante, qui concluait déjà en début d’année qu’il n’y a « aucune urgence à fusionner puisqu’Alstom est financièrement très solide avec des perspectives excellentes ».

À lire aussi >> Alstom-Siemens : un risque pour l'emploi et la souveraineté industrielle

Surtout, les syndicats ne cachent pas leur inquiétude et se mettent à espérer que cette drôle de « fusion » soit repoussée. En effet, alors que la direction de Siemens espère réaliser environ « 470 millions d’économies annuelles après restructuration », elle refuse toujours « toute communication relative à la stratégie industrielle envisagée au motif que, jusqu’à la réalisation de l’opération, les deux groupes restent concurrents ». Drôle de façon de s’engager dans une future « union » ! Enfin, le comité de groupe, qui devait se réunir aujourd’hui mercredi 31 janvier, a été reporté au 8 février. Mais il ne saurait être exclu un nouveau report puisque l’intersyndicale observe que « de nombreux désaccords “transpirent” entre les dirigeants d’Alstom et ceux de Siemens ». Et de noter le silence du côté du gouvernement sur le sujet. À suivre…


Haut de page

Voir aussi

Le mythe du renouveau macronien dans les eaux troubles de la « raison d’Etat »

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents