BCE : la démocratie attendra

Les ministres des Finances de l’Eurogroupe doivent remplacer dans les prochaines semaines le vice-président de la Banque centrale européenne, sans processus transparent de nomination impliquant le Parlement européen.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


L’heure est cruciale. Les ministres des Finances de l’Eurogroupe doivent remplacer dans les prochaines semaines le vice-président de la Banque centrale européenne (BCE), « premier acte d’un renouvellement en profondeur de [son] directoire », selon un collectif d’universitaires, signataire d’une tribune parue le 22 janvier dans Le Monde. Or, affirme le collectif, la BCE agit désormais « en véritable “co-gouvernant” de la zone euro », ce qui justifierait un processus transparent de nomination impliquant le Parlement européen. Rien de tel n’est prévu pour l’heure, et les signataires craignent que ce processus n’aboutisse, « dans la plus grande indifférence », à la nomination du ministre de l’Économie espagnol, Luis de Guindos, ancien président exécutif pour le Portugal et l’Espagne de ­Lehman Brothers, la banque au cœur de la crise financière.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.