Bitcoin : après l’hystérie, atterrissage difficile

Le cours de la monnaie virtuelle est devenu fou.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Environ + 200 % entre novembre et décembre, – 50 % un mois plus tard, lundi 22 janvier, et des soubresauts de plus en plus erratiques : le cours du Bitcoin est devenu fou. Et une dégringolade commence, à la suite des annonces de la Corée du Sud, qui compte l’interdire, et de la Chine, qui envisagerait d’empêcher la création du Bitcoin, particulièrement énergivore.

Le Bitcoin est une monnaie virtuelle, opaque, qui garantit l’anonymat de ses utilisateurs, en sécurisant les paiements grâce à un historique des transactions, distribué entre les utilisateurs (la « blockchain »). Née d’un idéal émancipateur, elle a peu d’utilité concrète, hormis pour des trafics et blanchiments en tout genre. Et elle est surtout devenue un objet de pari totalement hors de contrôle, que s’arrachent des spéculateurs souvent amateurs, gonflés par un vent de confiance.

Mais toutes les bulles finissent par exploser. On attend donc avec appréhension que le vent vire à la panique. Car, cet hiver, les bourses américaines ont commencé à jouer, elles aussi, à se faire peur avec le Bitcoin.


Haut de page

Voir aussi

Le mythe du renouveau macronien dans les eaux troubles de la « raison d’Etat »

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents