Israël : La liste noire anti-solidarité

Le gouvernement israélien a interdit d’entrée en Israël et en Palestine vingt organisations qui militent pour le boycott, le désinvestissement et les sanctions face à la colonisation.

Politis  • 9 janvier 2018
Partager :
Israël : La liste noire anti-solidarité
photo : ABIR SULTAN / POOL / AFP

L’entrée en Israël et en Palestine est désormais interdite à vingt organisations figurant sur la « liste noire BDS ». En application d’une loi de mars dernier, le gouvernement israélien a en effet listé les organisations qui militent pour le boycott des produits israéliens, le désinvestissement des entreprises, et des sanctions politiques et économiques à l’encontre d’un État qui poursuit une colonisation intense des territoires palestiniens et mène une politique d’apartheid. Côté français, l’association France-Palestine Solidarité est visée, comme la campagne BDS France et la Coordination européenne des comités et associations pour la Palestine.

À lire aussi >> Pour le droit au boycott !

Ironie de l’histoire, l’Union juive française pour la paix (tout comme le mouvement états-unien Jewish Voice for Peace) est touchée par cette mesure. Des juifs interdits de séjour en Israël en raison de leur opposition à la colonisation : voilà où en sont rendus M. Netanyahou et ses collègues de la droite extrême ! C’est en tout cas la preuve que la campagne BDS inquiète sérieusement le gouvernement israélien.

Les échos
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don