Dossier : Violences policières : En finir avec l’impunité

Violences policières : Le long silence des politiques

À gauche comme à droite, le caractère systémique des abus des forces de l’ordre reste absent des discours.

Il est bien mal à l’aise, François Hollande. Debout, bras ballants, costume trois pièces. Il regarde, l’air désolé mais impuissant, Théo sur son lit d’hôpital. Le jeune homme de 22 ans grimace de douleur : il affirme avoir été tabassé et violé par des policiers d’Aulnay-sous-Bois lors d’un contrôle d’identité. L’image est forte. Inédite. Un chef d’État qui, par sa simple présence, dénonce la violence d’État. En l’occurrence, François Hollande n’a pas eu vraiment le choix. En ce mois de février 2017, le cas…

Il reste 83% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.