Dossier : Violences policières : En finir avec l’impunité

Champigny : la haine de l’uniforme

L’agression dont ont été victimes une policière et son collègue, pris à partie par une vingtaine de jeunes, est symptomatique d’un malaise profond, à la fois social et démocratique.

Survenue alors que ce numéro était en préparation, l’affaire de Champigny (Val-de-Marne) vient nous rappeler que le lourd dossier des violences policières doit être resitué dans une problématique plus vaste : celle d’une crise sociale qui a produit depuis longtemps des phénomènes de ghettoïsation et des violences urbaines souvent erratiques. Un climat dont les policiers sont aussi parfois victimes. À Champigny, ce sont deux d’entre eux, dont une femme, qui ont été violemment et lâchement frappés par une vingtaine de jeunes gens frustrés de n’avoir pas pu entrer dans un espace festif le soir du Nouvel An. Après avoir eu affaire aux CRS, appelés par les organisateurs, ils s’en sont pris à deux policiers isolés venus de la commune voisine.

On comprend évidemment les condamnations unanimes de ce qui s’est apparenté à une tentative de lynchage, et l’émoi des syndicats de police. D’autant plus que cette agression n’a pas eu lieu dans le cadre d’une interpellation musclée, comme ce fut le cas deux jours plus tard à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Les victimes n’étaient pas en cours d’« intervention », comme on dit pudiquement. L’acharnement des assaillants, notamment contre une femme jetée à terre et rouée de coups, est donc particulièrement insupportable. Mais l’affaire rend compte de la détestation qu’inspire l’uniforme à une jeunesse en guerre contre les institutions. Si cette relation d’hostilité a évidemment pour toile de fond la crise sociale, elle résulte aussi du comportement trop habituel de la police que confirment nombre de témoignages : harcèlement, tutoiement, insultes – parfois racistes –, brutalités.

Il reste 57% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents