Pirates qui se dilatent

Deux collectifs s’associent pour une passionnante aventure sous « pavillon noir » qui mêle les profondeurs d’Internet aux sociétés corsaires.

Groupe de cinq artistes trentenaires, le collectif OS’O regarde avec inquiétude le monde que lui ont légué les générations précédentes. « Un monde “désenchanté”, sans idéologie, un monde sans mythe », disent les comédiens et metteurs en scène dans leur manifeste artistique. Une démocratie dont ils questionnaient déjà les imperfections dans Timon/Titus (2015), spectacle consacré à la question de la dette au sens large, financier autant que théâtral. Avec Pavillon noir, Jérémy Barbier d’Hiver, Moustafa…

Il reste 92% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents