En grève pour le droit d’asile

Depuis trois semaines, les agents de la Cour nationale du droit d’asile sont mobilisés contre le projet de loi sur l’immigration et revendiquent de meilleures conditions de travail.

Les quelques flocons qui tourbillonnent ne les ont pas découragés. Pour leur 18e jour de grève, les agents de la Cour nationale du droit d’asile (CNDA) sont partis de leur juridiction, située à Montreuil (93), pour se retrouver à Paris devant le Conseil d’État, dont ils dépendent. S’ils sont moins nombreux qu’au premier jour de la mobilisation, le 13 février, ils font toujours autant de bruit. En martelant leurs slogans, ils brandissent leurs banderoles et pancartes, sur lesquelles on peut lire « Agents…

Il reste 94% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents