La justice met un coup d'arrêt à Europacity

Le tribunal de Cergy-Pontoise a annulé le projet d’urbanisation de 300 hectares de terres agricoles, au nord de Paris. Le mégacomplexe Europacity devait être achevé pour 2024.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


La justice suit parfois la même logique que les militants écologistes. Le tribunal administratif de Cergy-Pontoise a annulé la création de la zone d’aménagement concertée (ZAC) du « Triangle de Gonesse », dans un jugement rendu mardi. Sur cette ZAC de 700 hectares devait pousser Europacity, le gigantesque complexe hybride, mêlant magasins, parc d’attraction et espaces culturels. Plusieurs associations de défense de l’environnement dont le Collectif pour le Triangle de Gonesse (CPTG) avaient déposé des recours fin 2016.

À lire aussi >> Europacity, projet hyper contesté

Le tribunal a estimé que l’étude d’impact mise a disposition du public était « insuffisante », notamment au sujet des conséquences du projet sur la qualité de l’air, et des plans envisagés pour couvrir les besoins énergétiques d’un tel projet – prévoyant tout de même une piste de ski au nord de Paris. Enfin, la justice a pointé le manque d’informations quant « à l’évaluation des incidences environnementales du projet cumulées à celles des travaux de création de la ligne 17, alors que les deux projets sont liés ».

Le tribunal administratif de Cergy-Pontoise justifie ainsi sa décision :

Au regard de l’importance de l’impact potentiel de ce projet sur l’environnement, compte tenu notamment de la suppression de 280 hectares de terres agricoles, le tribunal a considéré que tel était le cas en l’espèce, ce qui a justifié l’annulation prononcée.

En mars 2016, l'Autorité environnementale avait, dans un avis consultatif, demandé au maître d’ouvrage de préciser le scénario retenu concernant les questions énergétiques de ce projet à 3 milliards d’euros. Elle émettait de grandes réserves, notamment sur le manque de clarté à l’égard du public à cause du saucissonnage des procédures et sur l’absence de projets alternatifs. De leur côté, les opposants lancés dans cette bataille depuis plusieurs années ont travaillé sur le projet Carma (pour « Coopération pour une ambition rurale et métropolitaine agricole »), qui met en avant l'agroécologie, l'agriculture durable et l'aide à l'installation des jeunes agriculteurs.

À lire aussi >> Un bon Carma pour le triangle de Gonesse


Haut de page

Voir aussi

Articles récents