Procès de Tarnac – Jour 10

Témoignage clé dans cette affaire assez exceptionnelle : le journaliste-écrivain David Dufresne met les pieds dans le plat et oriente les débats sur la guerre des polices et le « péril rouge ».

Ingrid Merckx  • 27 mars 2018 abonné·es
Procès de Tarnac – Jour 10
© PHOTO : ALAIN JOCARD / AFP

David Dufresne est à la barre. L’ancien journaliste indépendant – qui se décrit maintenant comme écrivain et documentariste – vient d’expliquer à la présidente du tribunal ce qu’est un « habillage en termes de police ». « Vous croyez vraiment que les services de renseignements déclarent tout ce qu'ils font ? », demande-t-il, un peu interloqué, à Corinne Goetzmann. « Vous inversez les rôles !, riposte-t-elle en souriant. Ça n’est pas David Dufresne qui interviewe le tribunal mais le tribunal qui interroge David Dufresne... » Un peu piquée quand même, car l’auteur de Tarnac, Magasin général, met les pieds dans le plat.

Depuis qu’il est arrivé à la barre, il y a plus d’une heure – pantalon noir, chemise blanche, cravate noire,

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)