Tarnac : « Le procès a révélé les pratiques de l’antiterrorisme »

Le journaliste et écrivain David Dufresne explique en quoi le jugement des prévenus de Tarnac dépasse l’affaire en elle-même, à l’heure du recul des libertés publiques.

Cité comme témoin par la défense au procès de Tarnac, David Dufresne, auteur de l’enquête Tarnac, magasin général [1], a mis en lumière la guerre des polices et l’instrumentalisation du « péril rouge » par la ministre de l’Intérieur de l’époque. Michèle Alliot-Marie n’est pas venue au procès, comme la plupart des personnalités concernées par le dossier. Les policiers ont témoigné masqués et le procureur a dû défendre seul ces méthodes de l’antiterrorisme largement méconnues, y compris parmi les…

Il reste 90% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Cinéma à l’Élysée

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Le blanchiment de Le Pen

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents