Les Irlandais votent sur l’IVG

L’Assemblée des citoyens, une expérience innovante de démocratie délibérative, a poussé à la tenue, le 25 mai, d’un référendum sur l’avortement, toujours illégal sur l’île, bousculant les conservateurs.

Ça ne semblait être qu’un prétexte pour repousser l’épineuse question, botter en touche en attendant que les esprits se calment. Mais l’Assemblée des citoyens, une réunion de 99 Irlandais choisis aléatoirement en octobre 2016, a eu l’effet inverse, et son rapport a accéléré l’avènement du tant attendu référendum sur l’avortement. Jusqu’ici, les conservateurs irlandais préservaient tant bien que mal le 8e amendement de la Constitution, qui avait introduit « le droit à la vie » de la mère et de l’enfant non né. Le 25 mai, il pourrait être aboli si les électeurs autorisent l’Oireachtas (le Parlement irlandais) à revoir la législation interdisant l’avortement.

Ce 8e amendement, instauré par référendum en 1983, interdit tout recours à l’interruption volontaire de grossesse (IVG), à moins que la vie de la femme ne soit en danger. En 2013, après plusieurs scandales, le législateur avait établi que le risque de suicide entrait dans cette catégorie, et conditionné l’intervention à l’avis positif de trois médecins, dont deux psychiatres. Non seulement l’IVG reste illégale dans tous les autres cas de figure, mais elle est passible de quatorze ans de prison.

En 2012, le décès de Savita Halappanavar, une Indienne de 31 ans à qui un hôpital de Galway avait refusé une IVG alors qu’elle faisait une fausse couche, avait provoqué de vives réactions dans le pays et à l’étranger. Avant cela, en 2010, la législation irlandaise avait été épinglée par la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH). La pression des associations pro-avortement, des institutions internationales et des manifestations citoyennes a conduit le gouvernement a créer l’Assemblée des citoyens en octobre 2016. Des personnes « globalement représentatives (1) » de l’électorat se sont réunies au cours de douze week-ends au Grand Hotel, sur la côte Est du comté de Dublin. Ils ont été sélectionnés par la société de sondage REDC Research and Marketing, en fonction de leur catégorie socioprofessionnelle, âge, genre et situation géographique, aucun d’entre eux ne devant avoir milité dans des organisations liées aux sujets traités.

Il reste 74% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents