Les « Actualités sociales hebdomadaires » de nouveau en grève

La rédaction des ASH ont lancé un nouveau mouvement hier, à peine six mois après être sortis d’un conflit important avec la direction.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Nouvelles tensions au sein des Actualités sociales hebdomadaires (ASH), appartenant au Groupe6tm depuis 2016. Les journalistes de la rédaction se sont mis en grève hier, à peine six mois après être sortis d’un conflit important avec la direction. En janvier, le mouvement de grève avait duré 19 jours.

Les journalistes avaient obtenu du propriétaire, François Grandidier, la promesse d’un retour à un effectif de 12 journalistes rédacteurs équivalents temps plein. La direction a depuis recruté 6 nouveaux journalistes, en CDD jusqu’au 30 juin, selon le SNJ-CGT. Dans la même période, deux journalistes ont quitté la rédaction. « L’un, relève le syndicat, n’a toujours pas été remplacé ; l’autre, juriste, l’a été par un journaliste non juriste, réduisant à deux salariés le service juridique de la rédaction. Un poste de secrétaire de rédaction est aussi laissé vacant. »

Dépouiller les sociétés éditrices

Dans ces circonstances, la charge de travail de la rédaction a fortement augmenté. Non moins grave, les journalistes actuellement en CDD ont appris que leur contrat ne serait pas prolongé. En contrepartie, on leur propose « des CDI sous-payés au sein de l’agence Pixel (également Groupe6tm) ». Le SNJ-CGT dénonce « un choix confirmant la stratégie de François Grandidier de dépouiller de leurs rédactions les sociétés éditrices des magazines qu’il a acquis auprès du groupe Wolters Kluwer en 2016 pour en confier les contenus à son agence Pixel, socialement moins-disante ».

La rédaction des ASH réclame « la transformation des CDD en CDI au sein de leur société et une hausse de salaire pour les journalistes concernés ».


Haut de page

Voir aussi

Le mythe du renouveau macronien dans les eaux troubles de la « raison d’Etat »

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents