Pour la fin du délit de solidarité au niveau européen

Des collectifs et associations lancent une pétition pour demander aux instances de l’UE de mettre fin au délit de solidarité.

Malika Butzbach  • 1 juin 2018
Partager :
Pour la fin du délit de solidarité au niveau européen
© photo : VALERY HACHE / AFP

Alors que cette semaine a été marquée par un certain nombre de procès de « délinquant solidaires », associations et collectifs réclament une Europe accueillante. Dans une Initiative citoyenne européenne (ICE), ils demandent à la Commission européenne et au Parlement de l’UE de mettre fin au « délit de solidarité ».

À lire aussi >> « Vous m’arrêtez ? Je recommencerai »

« Reflet des traditions d’humanisme et de générosité »

Le but est clair : exiger de l’Union européenne qu’elle soutienne les personnes qui aident les migrants, afin d’« encourager la solidarité, et non pas la punir ». Le contraire de ce que permet la directive européenne « définissant l’aide à l’entrée, au transit et au séjour des personnes en situation irrégulière » qui « laisse à certains États membres de l’UE la possibilité de punir la solidarité ». À Calais, distribuer des tentes aux personnes qui dorment dans la rue est un délit. À Nice, Martine Landry, militante d’Amnesty International, a été jugée pour avoir aidé des mineurs à traverser la frontière. En Belgique, trois femmes comparaissent devant la justice pour avoir hébergé des migrants. Or, « ces actes de solidarité sont le reflet des traditions européennes d’humanisme et de générosité, et ils doivent être reconnus comme tels », défend la pétition.

Lire aussi notre dossier >> Les nouveaux Justes

En France, le Conseil constitutionnel saisi

Les Initiatives citoyennes européennes sont présentées comme un instrument de la démocratie au niveau européen. Si le texte parvient à récolter un million de signatures en une année dans sept États membres au minimum, les organisateurs peuvent présenter leur initiative en audition publique devant le Parlement européen. La Commission est donc obligée de répondre aux propositions de cette ICE. Cette consultation est ouverte à tous les citoyens européens majeurs. En France, le numéro de la pièce d’identité (passeport ou carte d’identité) est demandé lors de la signature.

Les trois solidaires de Briançon, Théo, Bastien et Eleonora ont comparu devant le tribunal de Gap, jeudi 31 mai, pour avoir franchi la frontière entre la France et l’Italie _« en bande organisée » avec des exilés. Les trois jeunes avaient été maintenus en détention provisoire durant une semaine, pour finalement voir leur contrôle judiciaire levé et leur procès renvoyé au 8 novembre. Le motif de ce renvoi : une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) sur le délit de solidarité a été déposée au Conseil constitutionnel. Une première.

Société
Temps de lecture : 2 minutes
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Un observatoire pour recenser les atteintes à la liberté de la presse en France
Presse 28 mai 2024 abonné·es

Un observatoire pour recenser les atteintes à la liberté de la presse en France

L’Observatoire français des atteintes à la liberté de la presse (Ofalp) s’est lancé le 24 mai lors d’une rencontre publique, réunissant citoyens et journalistes. Il entend recenser et rendre publiques les entraves au droit d’informer, en publiant un rapport annuel.
Par Clémence Le Maître
Rafah : « J’attends de l’État français qu’il dénonce ce génocide »
Palestine 28 mai 2024 abonné·es

Rafah : « J’attends de l’État français qu’il dénonce ce génocide »

Environ 10 000 personnes se sont rassemblées dans la soirée du lundi 27 mai dans les rues de Paris, suite au bombardement d’un camp de déplacés à Rafah. D’autres manifestations en France ont eu lieu. La frappe israélienne, qui a eu lieu la veille au mépris du droit international, a tué au moins 45 réfugiés palestiniens.
Par Tristan Dereuddre
Après l’expulsion du squat « En gare » à Montreuil, un homme maintenu en rétention
Reportage 27 mai 2024 abonné·es

Après l’expulsion du squat « En gare » à Montreuil, un homme maintenu en rétention

Suite à l’action des forces de l’ordre le 23 mai, deux personnes ayant reçu des OQTF ont été placées 48 h en rétention administrative à Bobigny. Le lendemain, Politis s’y est rendu avec Alexis Corbière, député LFI exerçant son droit de visite. Depuis, l’un des hommes a pu sortir, l’autre a été transféré en centre de rétention administrative.
Par Pauline Migevant
L’expulsion du « En Gare » à Montreuil menace des sans-papiers
Entretien 24 mai 2024 abonné·es

L’expulsion du « En Gare » à Montreuil menace des sans-papiers

Une vingtaine de personnes, pour la plupart sans papiers, vivaient dans ce squat montreuillois. Elles risquent d’être expulsées du pays, craint un coordonnateur du lieu qui nous expose les raisons et conséquences de cette opération de police.
Par Pauline Migevant