Turquie : Erdogan, hyper-président

L’ère « Erdogan 2 » promet la radicalisation d’un pouvoir déjà marqué par l’autoritarisme.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Peu de surprise pour le résultat de la présidentielle turque : Erdogan est réélu avec près de 53 % des voix. L’opposition, déçue de n’avoir même pas pu décrocher un second tour, comme en 2014, a reconnu sa défaite en dépit des soupçons de fraude.

L’ère « Erdogan 2 » promet la radicalisation d’un pouvoir déjà marqué par l’autoritarisme : le parti AKP (islamiste et conservateur) de l’homme fort de la Turquie remporte également les législatives. Presque superflu : le scrutin avalise aussi une réforme constitutionnelle qui renforce les pouvoirs du Président, qui pourra se passer du Parlement pour gouverner.

Si le silence de l’Union européenne dit son embarras face à cette dérive autocratique, Poutine a salué « la grande autorité politique » d’Erdogan, dont la réélection est « une bonne nouvelle pour l’Europe », selon le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, en bon connaisseur lui aussi.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.