Perturbateurs endocriniens : « La petite enfance et la puberté sont des périodes critiques »

Pour le biologiste Jean-Baptiste Fini, le risque sanitaire des perturbateurs endocriniens contenus dans les plastiques est réel. Il préconise d’appliquer le principe de précaution.

Vanina Delmas  • 29 août 2018 abonné·es
Perturbateurs endocriniens : « La petite enfance et la puberté sont des périodes critiques »
© photo : REMY GABALDA/AFP

Jean-Baptiste Fini est chercheur au CNRS, en unité mixte avec le Muséum national d’histoire naturelle spécialisée dans l’évolution des régulations endocriniennes. En 2017, il a intégré le groupe sur les perturbateurs endocriniens à l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses).

De quand date la prise de conscience sur la nocivité des contenants et emballages alimentaires en plastique en lien avec la présence de perturbateurs endocriniens ?

Jean-Baptiste Fini : La prise de conscience du monde scientifique concernant les perturbateurs endocriniens remonte au début des années 1990. Mais on a intégré seulement dix ans plus tard qu’il n’y a pas que la reproduction qui est concernée, et que ces leurres hormonaux provenant de toutes les catégories de produits chimiques pouvaient jouer un rôle dans certains types de cancer ou des syndromes métaboliques (obésité et diabète), ou même, plus récemment, dans les perturbations thyroïdiennes lors du développement du cerveau.

La prise de conscience des problèmes relatifs au plastique dans les cantines remonte à 2015 mais ma propre implication date de novembre 2017. Un collectif de parents de Montrouge m’a contacté pour me demander de faire un exposé sur les perturbateurs endocriniens. Ils s’inquiétaient car leurs enfants se plaignaient du goût

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)

Pour aller plus loin…

« Le discours sur la sexualité des jeunes se résume à une forme de panique morale et sanitaire »
Entretien 28 février 2024 abonné·es

« Le discours sur la sexualité des jeunes se résume à une forme de panique morale et sanitaire »

Dans son livre Les Choses sérieuses, la sociologue Isabelle Clair enquête sur les amours adolescentes et examine la manière dont filles et garçons entrent en relation.
Par Hugo Boursier
Violences sexuelles : dans les lycées, la grande omerta
Enquête 28 février 2024 abonné·es

Violences sexuelles : dans les lycées, la grande omerta

Si les politiques publiques contre le harcèlement scolaire ont été renforcées, celles contre les agressions entre élèves demeurent confidentielles. Elles laissent les personnels dépourvus de cadre et les victimes souvent seules face à leur traumatisme.
Par Pierre Jequier-Zalc
Dans l’Hérault, un SNU sauce gospel et tir au pistolet
SNU 27 février 2024

Dans l’Hérault, un SNU sauce gospel et tir au pistolet

Dans une publication sur X (ex-Twitter) de la direction des services départementaux de l’Éducation nationale de l’Hérault, rapidement supprimée, des jeunes volontaires du SNU célébraient leur fin de séjour de cohésion par une chorégraphie au son d’un gospel. L’an dernier, dans ce centre, un intervenant extérieur a appris à des jeunes à tirer au pistolet.
Par Hugo Boursier
« Si on écoute le gouvernement, il n’y a pas de problèmes de santé avec les pesticides »
Entretien 23 février 2024

« Si on écoute le gouvernement, il n’y a pas de problèmes de santé avec les pesticides »

Giovanni Prete, maître de conférences en sociologie et auteur de L’Agriculture empoisonnée. Le long combat des victimes des pesticides, décrypte les enjeux cachés derrière la mise en pause du plan de réduction des pesticides Écophyto.
Par Vanina Delmas