Dossier : Cantines scolaires : La santé a un goût

Perturbateurs endocriniens : « La petite enfance et la puberté sont des périodes critiques »

Pour le biologiste Jean-Baptiste Fini, le risque sanitaire des perturbateurs endocriniens contenus dans les plastiques est réel. Il préconise d’appliquer le principe de précaution.

Jean-Baptiste Fini est chercheur au CNRS, en unité mixte avec le Muséum national d’histoire naturelle spécialisée dans l’évolution des régulations endocriniennes. En 2017, il a intégré le groupe sur les perturbateurs endocriniens à l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses).

De quand date la prise de conscience sur la nocivité des contenants et emballages alimentaires en plastique en lien avec la présence de perturbateurs endocriniens ?

Jean-Baptiste Fini : La prise de conscience du monde scientifique concernant les perturbateurs endocriniens remonte au début des années 1990. Mais on a intégré seulement dix ans plus tard qu’il n’y a pas que la reproduction qui est concernée, et que ces leurres hormonaux provenant de toutes les catégories de produits chimiques pouvaient jouer un rôle dans certains types de cancer ou des syndromes métaboliques (obésité et diabète), ou même, plus récemment, dans les perturbations thyroïdiennes lors du développement du cerveau.

La prise de conscience des problèmes relatifs au plastique dans les cantines remonte à 2015 mais ma propre implication date de novembre 2017. Un collectif de parents de Montrouge m’a contacté pour me demander de faire un exposé sur les perturbateurs endocriniens. Ils s’inquiétaient car leurs enfants se plaignaient du goût du plastique dans les plats ! Lors de cette rencontre-débat, nous avons pu établir que l’innocuité des plastiques utilisés n’est pas avérée.

Quelles sont les différences entre les différents plastiques utilisés dans l’alimentation ?

En fonction de leur composition et des adjuvants utilisés, ils sont classés de 1 à 7 (sur les bouteilles, par exemple, le numéro est inscrit sur le sigle du recyclage). Le polypropylène (n° 5) est considéré comme le plus « inerte », donc à même de contenir des aliments micro-ondables car il est possible de le chauffer sans qu’il ne se déforme, contrairement au polystyrène (n° 6). Les polyéthylènes (n° 1) sont utilisés pour les bouteilles, donc considérés comme fiables. Il est conseillé d’éviter les plastiques portants les numéros 3, 6 et 7.

Peut-on affirmer que les contenants alimentaires en plastique contiennent des perturbateurs endocriniens et qu’ils sont toxiques pour la santé humaine ?

La confusion entre toxicité et perturbation endocrinienne est fréquente. Toutes les molécules chimiques ne sont pas des perturbateurs endocriniens, mais certaines molécules appartenant aux pesticides, plastifiants, plastiques et cosmétiques peuvent prendre la place des hormones naturelles ou les bloquer. Les barquettes utilisées la plupart du temps par les cuisines sont en polypropylène. Cependant, il en existe de nombreuses formes, la différence tenant aux adjuvants. Certaines études montrent qu’en fonction de ces adjuvants des actions œstrogéniques peuvent être détectées. Des preuves s’accumulent dans la littérature scientifique, mais il en faut toujours plus. Ce que nous savons, c’est que ces contenants ne sont pas inertes et qu’une migration du contenant vers le contenu a lieu à froid et est augmentée par le chauffage. Il existe donc des interrogations quant à l’innocuité de ces faibles doses ingérées quotidiennement.

Quelles études font référence sur ce sujet ?

Il en existe peu, et encore moins sur les effets biologiques des faibles concentrations migrant du contenant vers l’aliment. En revanche, des études épidémiologiques révèlent un lien entre la consommation, l’utilisation de certains plastiques (comme les phtalates) et la santé. En 2015, une étude de l’Anses a montré la migration à froid de POSH (hydrocarbures de plastiques) depuis certaines barquettes en polypropylène, migration augmentée par le temps de stockage et la chaleur. Martin Wagner, un chercheur allemand, étudie l’impact des emballages plastiques sur des modèles biologiques et nous allons prochainement rédiger une communication scientifique spécifique sur l’impact des contenants alimentaires en plastique sur la santé humaine, qui devrait paraître en juin 2019.

Donc, pour le moment, vous ne pouvez pas dire à quelle dose journalière ces molécules sont nocives pour les enfants ?

Il reste 49% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents