Dossier : Rencontre : François Ruffin fait sa révolution verte

François Ruffin : L’électron libéré

À l’Assemblée nationale, François Ruffin suscite autant les critiques que les louanges. Dans la gauche atomisée de 2018, son franc-parler et ses engagements prennent un relief qui détonne, même parmi les insoumis.

Pour dénoncer l’action du président de la République, François Ruffin invoque une scène de Robin des Bois. Dans ce classique revisité par Disney, le shérif de Nottingham, incarné par un loup bedonnant à la voix traînante, extrait une pièce d’or du plâtre d’un chien blessé en tapant sur sa jambe meurtrie. Emmanuel Macron est un « Robin des bois à l’envers » qui « va venir gratter sur les prestations sociales pour pouvoir poursuivre ses cadeaux aux plus riches », dénonçait-il au mois de mai. La comparaison est simple, efficace, percutante… Et connue de tous. En trois mots : la méthode Ruffin. « C’est un dessin animé marxiste », plaisante-t-il cinq mois plus tard dans son bureau de l’Assemblée nationale.

À lire aussi >> François Ruffin : « N’attendons pas la croissance pour réclamer plus d’égalité » 

Député de la première circonscription de la Somme depuis plus d’un an, François Ruffin veut tenir son engagement auprès des plus faibles, pris il y a longtemps déjà. Né en 1975 à Calais, d’un père cadre chez Bonduelle et d’une mère au foyer, il a grandi à Amiens, où il est resté marqué par la désindustrialisation, la hausse du chômage et l’avancée de la misère dans sa région durant les « trente piteuses ». Cette promesse de se faire le porte-voix de ceux qui luttent contre un capitalisme débridé que rien ne semble pouvoir arrêter, il en a fait son mantra. De quoi l’amener à se présenter, Robin des Bois « à l’endroit », aux élections législatives sous la bannière « Picardie Debout ». Une campagne « contre vents et marées, maison après maison, rue après rue, quartier par quartier, au porte-à-porte pour arracher les voix », se souvient-il. Il décroche le fauteuil de député le 18 juin 2017, devançant de 5 points le candidat macroniste.

Sa pugnacité et son franc-parler ont sans doute joué dans cette victoire, tout comme sa popularité. Car François Ruffin n’est pas un inconnu. Journaliste depuis vingt ans, il est révélé au grand public par Merci Patron !, documentaire au ton doux-amer dans lequel il aide les membres de la famille Klur, tombée dans la misère à la suite de la délocalisation de l’usine Kenzo (LVMH) où ils travaillaient, à réclamer argent et emploi en réparation à leur ancien patron, le milliardaire Bernard Arnault. Pour ce film, le fondateur du trimestriel Fakir – qu’il a lancé en 1999 – a même été primé aux Césars en 2016. Engagé, dénonciateur et satirique, Fakir se veut apolitique et « fâché avec tout le monde… ou presque » (lire aussi ici). La publication n’en reflète pas moins l’idéologie de son rédacteur en chef, qui se revendique de « la gauche de la gauche » et qui a pour « héros » le résistant et militant communiste Maurice Kriegel-Valrimont.

Agit-prop

« Il a fait entrer la voix des “petits” à l’Assemblée nationale », constate le député communiste Sébastien Jumel (Seine-Maritime). Et, pour se faire entendre, François Ruffin ne recule devant aucun coup d’éclat. « Il interpelle, il fait réfléchir, il amène le quotidien dans la vie publique », confirme Ugo Bernalicis, député insoumis du Nord. « Ma question s’adresse au ministre de la faïencerie », avait-il lancé à l’exécutif lors d’une séance de questions au gouvernement pour railler l’achat, par l’Élysée, d’un service de vaisselle à 500 000 euros. Puis de dénoncer : « Quand on donne aux pauvres, c’est du gâchis, quand on donne aux riches, c’est de l’investissement. »

Il reste 68% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents