La sécurité par les armes, jusqu’où ?

Le ministère de l’Intérieur vient d’annoncer l’achat de 40 000 grenades de désencerclement.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Les fantômes de Nicolas Sarkozy et de Manuel Valls hantent le pouvoir, qui continue de cultiver, par des mesures et des postures, l’ordre sécuritaire que l’un et l’autre ont eu tant à cœur de défendre, érigeant même, comme Jean-Marie Le Pen avant eux, « la sécurité comme première des libertés » (1). L’escalade n’est pas près de s’arrêter, si l’on en croit l’appétit du ministère de l’Intérieur pour le surarmement des policiers et des gendarmes. Il vient d’annoncer l’achat de 40 000 grenades de désencerclement, dont un stock de sécurité. Coût du marché : environ 2 millions d’euros.

Cette munition de 56 mm contient une charge explosive constituée de TNT. Elle est présentée comme étant à « double effet instantané », assourdissant (157 décibels) et lacrymogène ; il est pourtant établi selon les normes médicales internationales que « si le niveau est extrêmement élevé (supérieur à 130 dB), toute exposition, même de très courte durée, est dangereuse ».

Elle permet également la projection de 18 galets en caoutchouc lors de son explosion, et peut générer des entailles liées à la projection de pièces métalliques (éléments du bouchon allumeur) ou en plastique dur (composition du cylindre central indispensable pour permettre la montée en pression). Par ailleurs, le fait que son bouchon allumeur soit d’un retard d’une seconde et demie limite quasi totalement la possibilité de la ramasser après lancement. C’est ainsi qu’elle a invalidé à titre permanent Elsa Moulin, une militante de 25 ans opposée au barrage de Sivens, blessée à la main (et aux tympans) le 7 octobre 2014, trois semaines avant la mort de Rémi Fraisse, tué, lui, par une grenade offensive. Le gendarme lanceur de la grenade est d’ailleurs renvoyé en correctionnelle. Les drames sont si nombreux qu’en 2017 Amnesty International avait demandé son interdiction et que le Défenseur des droits a demandé une étude de sa dangerosité.

On doit aussi à Manuel Valls un décret pris en 2016 autorisant, au nom de la lutte antiterroriste et de la légitime défense, à équiper les agents de sécurité de la RATP d’armes à feu. D’ailleurs, 1 200 armes semi-automatiques de calibre 9 mm (1,7 millions d’euros) vont leur être distribuées. Et demain ? Les agents de sécurité des sociétés privées ? Quel discours politique osera s’indigner de cette dérive de l’uniforme et de l’arme ?

(1) Slogan de l’affiche de campagne de Jean-Marie Le Pen aux élections régionales de Paca en 1992, repris par Manuel Valls à l’Assemblée nationale le 13 avril 2015.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents