Le « moment populiste » divise la gauche

Les partis reconnaissent les succès des stratégies antisystème, mais beaucoup rejettent la méthode. Même La France insoumise n’est plus unanime sur cette ligne.

Les uns s’en réclament, les autres le rejettent. Mais tous le pratiquent. Un temps cantonné aux rivages de l’extrême droite, le populisme connaît un regain d’intérêt dans les autres formations politiques. Au sein de la gauche, La France insoumise le revendique. « C’est une méthode et des outils pour mener la bataille culturelle et idéologique », confirme Manuel Bompard, directeur des campagnes du mouvement et candidat aux élections européennes. Une ligne écologiste, humaniste et anticapitaliste qui se décline par l’opposition du « nous » (le peuple) et du « eux » (l’oligarchie). La République en marche s’inspire aussi d’une rhétorique populiste, mais dans son cas, elle est inversée. « Emmanuel Macron est un vrai populiste », estime la philosophe Sandra Laugier (1), qui dirige le pôle de réflexion sur la démocratie de Génération·s. Le président de la République n’alimente-t-il pas, par ses discours sur le travail et l’investissement, des haines à l’encontre des plus pauvres, des inactifs, des « fainéants » ? « Ceux qui s’opposent à lui sont d’emblée qualifiés de rétrogrades », déplore-t-elle, assumant aussi une part de populisme au sein de sa formation. « Génération·s, avec son statut de mouvement et sa volonté d’ouverture à la société civile, peut correspondre à l’idée que l’on se fait du populisme de gauche », analyse Lenny Benbara, directeur de la publication du journal en ligne Le vent se lève.

Les succès électoraux – dans des mesures certes différentes – de La République en marche et de La France insoumise donnent corps à un « moment populiste » français, en réponse à celui qui traverse le monde et notamment l’Europe, comme le défend Chantal Mouffe (lire pages précédentes). Alors que le terme populiste englobe tout à la fois les formations de gauche, de droite, d’extrême droite et les écologistes, les partis politiques veulent transformer l’essai en 2019, à l’occasion des européennes. Déjà, elles fourbissent leurs armes. « Trois grandes familles s’opposeront, prédit Manuel Bompard : les ultra-libéraux incarnés par Macron et Merkel, l’extrême droite réactionnaire et fasciste, et la gauche humaniste, sociale et écologiste. » De façon très symptomatique, ces trois formes de populisme délaissent d’ailleurs le mot « élection » et préfèrent parler de « référendum ». Une manière assumée de demander au peuple un plébiscite. Ou un rejet. « Macron va faire un référendum “pour ou contre l’Europe”, Mélenchon sera sur une ligne “pour ou contre Macron” et le Rassemblement national “pour ou contre les migrants” », résume David Cormand, secrétaire national d’Europe écologie-Les Verts.

Immigration et sécurité sont toutefois des sujets glissants pour les partis de gauche qui se réclament du populisme. Et c’est d’ailleurs sur la question migratoire que La France insoumise a connu ses premiers déboires. Issu de la gauche radicale, le mouvement compte en son sein plusieurs courants. L’un, plus souverainiste, s’accommode bien des frontières ; un autre, animé par une sensibilité plus humaniste, est favorable à l’accueil généreux des migrants. À neuf mois des élections, le sujet peut se révéler explosif pour la formation de Jean-Luc Mélenchon. Le mouvement Aufstehen, lancé par la coprésidente du parti frère allemand Die Linke, Sahra Wagenknecht, sur des positions anti-immigration (lire pages suivantes), a révélé ces divergences. Alors que Clémentine Autain, députée de Seine-Saint-Denis, affirmait dans une interview à L’Obs, ne pas être « convaincue par l’approche », Djordje Kuzmanovic, orateur national de La France insoumise, affirmait que ce discours était « de salubrité publique ». Pour éteindre la polémique et se défendre d’un flirt idéologique avec l’extrême droite, Jean-Luc Mélenchon a, peu après, désavoué celui qui se présentait comme son « conseiller » sur les questions internationales. « Le point de vue qu’il exprime sur l’immigration est strictement personnel. Il engage des polémiques qui ne sont pas les miennes », a-t-il tenu à rappeler à L’Obs en marge de l’interview.

Il reste 45% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents