Le climat n’attend plus les États

Limiter le réchauffement planétaire à 1,5 °C : une bataille quasi perdue, montrent les experts scientifiques du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec), dont le rapport spécial est attendu le 8 octobre. Ce nouveau signe de l’échec des gouvernements intensifie les mobilisations au sein de la société civile. ONG, associations, réseaux, villes, régions et entreprises se donnent des objectifs concrets de réduction des émissions de carbone.

Patrick Piro  • 3 octobre 2018 abonné·es
Le climat n’attend plus les États
© photo : Pékin noyé dans un brouillard de pollution, le 22 octobre 2011.STR/AFP

Septembre, mois de récolte pour les records climatiques. Les instituts météorologiques calculent le nombre de journées de canicule estivale, la superficie de banquise fondue, l’intensité des épisodes de pluies diluviennes. Et, comme chaque année depuis plus d’une décennie, les superlatifs tombent. En France, on vient d’enregistrer le deuxième été le plus chaud depuis 1900, après celui de 2003, qui avait provoqué le décès prématuré de quelque 15 000 personnes. Le mercure a escaladé des sommets : plus de 51 °C à Ouargla en Algérie, 33 °C au nord du cercle polaire en Norvège, 25 °C en mer Baltique – une baignoire tropicale. À Oman, dans la ville de Quriyat, la

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Écologie
Publié dans le dossier
Le climat n’attend plus les États
Temps de lecture : 7 minutes