Migrants : en parler, et agir

Des médias, des associations et des personnalités rejoignent chaque jour le manifeste pour l'accueil des migrants. Nous sommes désormais près de 50 000 !

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


es médias et des titres de presse s’engagent pour les migrants : à ce jour, Politis, Mediapart, Regards, Alternatives économiques, Bastamag, L’Humanité, le Bondy Blog, Le Courrier des Balkans, Là-bas si j’y suis, Siné mensuel et La Marseillaise. Le geste est rare mais justifié par les circonstances historiques que nous traversons, marquées par la domination des termes choisis par l’extrême droite et les identitaires.

À signer et faire signer >> Le Manifeste pour l'accueil des migrants

Comme le journal Le Populaire en son temps, dans les années 1930, qui donnait noms et visages aux réfugiés espagnols et à tous les autres, nous assumons notre rôle de dire et de montrer la réalité de ces nouveaux proscrits que sont les migrants. Des naufragés sont laissés consciemment à l’abandon. De reportages en portraits, nos rédactions exposent ces destins fragiles, abîmés par l’exode. Nos reportages sont autant d’alertes.

Nous continuons de nous adresser à la société et appelons les citoyennes et les citoyens à le signer. En signant le Manifeste pour l’accueil des migrants, chacun assume sa part d’engagement.

Samedi 6 octobre, nous levions l’étendard de l’Aquarius pour qu’il retrouve pavillon. Partout en France, des premiers rassemblements s’étaient organisés en ce sens. Nous voulons un pavillon pour lui et pour tous les autres bateaux de secours aujourd’hui en rade. Cette demande est concrète. Elle répond à un drame, car chaque jour qui passe accumule les morts.

Le 25 octobre, nous nous retrouverons au Centquatre, à Paris. Avec toutes les personnes de bonne volonté qui veulent que notre pays – et l’Europe – se donne les moyens de secourir et d’accueillir les naufragés. Nous voulons réveiller et coaliser les consciences des femmes et des hommes qui ne veulent pas/plus voir leurs gouvernements laisser mourir les migrants ; nous voulons mettre en mouvement la société et contraindre médias et politiques à cesser de confondre opinion publique et Rassemblement national (ex-FN).

De modestes associations de solidarité concrètes de quartier rejoignent le manifeste chaque jour, mais aussi Attac après le Mrap, la LDH, Emmaüs ; des personnalités s’ajoutent aux autres : le réalisateur Bertrand Tavernier, le chanteur et écrivain Bernie Bonvoisin, le dessinateur Zep, le comédien Laurent Lafitte, le réalisateur Arnaud Desplechin, le chanteur HK, etc. Nous sommes désormais près de 50 000 !

Il est temps d’enterrer la honte et de sauver les vies. S’attaquer aux désordres du monde commence par là. Aux politiques de prendre leurs responsabilités, de saisir cet appel et de bifurquer enfin vers un autre horizon humain.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents