Faux débat, vraie campagne

Avec un Macron en réunion permanente « sur le terrain », la majorité s’offre une précampagne jusqu’à la mi-mars, début de la dispute électorale européenne.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Dans « grand débat », il semble qu’il y a deux mots de trop. On avait lu que le cadrage épistolaire effectué par Emmanuel Macron ne porte que sur la façon et les moyens de mettre en œuvre sa propre politique, celle-là précisément qui est contestée par beaucoup. On voit désormais qu’en guise de « débat », on assiste surtout à une mise en scène du président de la République, manches retroussées et chemises trempées (histoire de montrer qu’on mouille bien le maillot et qu’on n’a pas peur). L’enquête de Mediapart mettant au jour le différend grave entre l’exécutif et Chantal Jouanno, présidente de la Commission nationale du débat public, a d’ailleurs montré qu’organiser la communication d’un président à la peine était la seule obsession du gouvernement. De la pure politique politicienne avec un air de déjà-vu. Sauf que. À quelques mois des élections européennes, ce que s’offre LREM, ce n’est pas seulement la réparation de l’image abîmée de son chef, mais purement et simplement une campagne gratuite.

Avec un Macron en réunion permanente « sur le terrain », en direct sur plusieurs chaînes de télévision, tantôt avec les maires, tantôt avec des gilets jaunes, la majorité s’offre, tranquillement et aux frais du contribuable, une précampagne jusqu’à la mi-mars, début de la dispute électorale européenne. Les temps de parole et d’antenne sont ainsi monopolisés par les membres du gouvernement, jusqu’à créer des émissions ad hoc (« spécial grand débat ») dans lesquelles, entre chaque question, il est permis aux ministres de faire de la « pédagogie » et, déjà, de parler explicitement du bilan des dix-huit premiers mois du « nouveau monde ».

Notons au passage que, pendant qu’il se sert de l’État à des fins électorales, Emmanuel Macron brandit des grands principes de l’État de droit avec d’autant plus de diligence qu’il s’agit de dénoncer des régimes à l’étranger. N’importe quel démocrate doit s’indigner d’un tel détournement de procédure au profit manifeste d’un seul parti, qui plus est celui au pouvoir. A fortiori quand, chaque samedi, on fait un usage inouï – et assumé – de la force armée contre des manifestants. En pleine déréliction, Emmanuel Macron n’est plus que le recours de lui-même, telle une ombre qui essaie d’attraper son moi vivant. Il peut toujours s’appuyer sur 20 % des Français, il semble qu’il veuille durablement les autres contre lui.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents