Le Fipadoc ouvre ses portes

Avec une centaine de films au programme, à Biarritz, jusqu’à dimanche, le festival du documentaire inaugure ce mardi 22 janvier sa première édition, avec un film autour de John Lennon et Yoko Ono.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


C’est parti ! Compétition internationale et nationale, une section sur le documentaire musical, une autre sur le doc engagé dans la promotion des droits humains et à la protection de l’environnement, un regard sur la production francophone, un autre sur l’Allemagne, une rétrospective Serge Viallet, invité d’honneur (Kwaï ; Tokyo, le jour où la guerre s’arrêta ; Voyages, voyages à l’île de Ré ; Voyages, voyages en Thaïlande), des séances spéciales et courts-métrages en masse. Longtemps (31 éditions tout de même), à Biarritz, réparti dans plusieurs salles cinéma de la ville, le Fipa conjuguait documentaires, séries et fictions. Il fait maintenant la part belle exclusivement au doc, sous un nom presque nouveau, le Fipadoc (1).

Et c’est à un film musical d’ouvrir le bal ce mardi, avec John and Yoko : Above Us Only Sky, de Michael Epstein, qui revient sur le couple, à une période charnière. Dans l’été 1969, tous deux se rendent dans une vaste propriété d’Ascot, en Angleterre. Loin de Londres, de la presse, des Beatles et des compagnies. C’est un refuge, propice à l’écriture et à la composition, au fil des cigarettes, d’un certain album, Imagine, qui sortira deux ans plus tard. Ambiance studieuse dans les studios d’enregistrement, essais et répétitions alternent avec les moments de détente.

© Politis

Ce sont des images du banal quotidien que livre le réalisateur. Un petit déjeuner au lit, la lecture d’un magazine aux toilettes, un repas sur le pouce, une promenade en barque, et des heures de travail, de réflexion… Des images d’archives (notamment personnelles et inédites), et des photographies mêlées aux témoignages actuels de proches (Yoko Ono, Julian Lennon, musiciens, équipe technique) rythment ce film, se concentrant sur John Lennon, quand il a déjà amorcé sa mue, sous l’influence de Yoko, et dans une période politiquement mouvementée, de la guerre du Vietnam à la révolution culturelle. Soit l’intimité et la fabrication d’un album devenu mythique. Et un film optimiste en guise d’ouverture du festival.

(1) Lieux de projection : Le Bellevue ; le Casino municipal ; La Gare du Midi ; Le Royal ; et le Colisée. Tarif plein : 6 euros ; pass festival : 25 euros ; pass jeune moins de 26 ans : 10 euros. Billetterie sur les lieux de projection.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents