Dossier : Des super marchés contre les supermarchés

Court, bon, juste et frais !

Vente en direct, marques équitables, enseignes bios, supermarchés coopératifs… Les nouvelles manières de s’approvisionner de façon plus éthique sont légion, panier au bras ou clic au doigt. reportage

La ruche et poiscaille : tous en ligne

Des fruits, des légumes, des fromages, des herbes aromatiques, de la viande… Pas de rayons, mais des étals où s’additionnent une flopée de victuailles, en un point éphémère, ou presque. Créée en 2011, La Ruche qui dit oui ! comprend plusieurs centaines de lieux de vente en France. Objectif : resserrer les liens entre petits producteurs et consommateurs, en mettant en avant le local et en effaçant les intermédiaires. C’est au futur client de s’inscrire sur le site Internet de La Ruche. En indiquant son adresse, il trouve la ruche la plus proche de son domicile, choisit ses emplettes, paye en ligne et vient retirer ses courses le jour dit dans un bistrot, une école, une salle quelconque.

À chaque ruche, orchestrée par un responsable, sa variété de produits, certains bio, d’autres en agriculture raisonnée. C’est au producteur de fixer son prix et de déterminer ce qu’il est prêt à livrer. Pour lui (qui doit gérer les commandes et reverser environ 16 % de son chiffre d’affaires à la ruche), c’est une manière d’écouler une partie de sa production. Pour le consommateur (inscrit dans un réseau, une communauté), c’est la garantie de manger local, sans engagement systématique, avec une souplesse dans les achats qui n’existe pas dans une Amap.

D’aucuns diront qu’il s’agit là d’une entreprise commerciale. Ça l’est (on trouve même un certain Xavier Niel parmi ses actionnaires) ; cela n’en reste pas moins une manière de contourner la grande distribution et de se rapprocher des producteurs.

Plus original encore, toujours sur Internet, le site Poiscaille, à lire comme une « Amap de la mer », en plus flexible. Créé fin 2014, installé à Montreuil, il livre poissons, coquillages et crustacés partout en France, en respectant un cahier des charges strict. Poiscaille est ainsi cornaqué à une soixantaine de pêcheurs étirés le long des côtes françaises (Manche, Atlantique, Méditerranée). Bateaux de moins de douze mètres, ni chalut ni drague, techniques dormantes (ligne, filet droit, trémail et casier), pas plus de trois marins à bord, une pêche qui se fait en journée, ostréiculteurs et pêcheurs à pied. Foin de crevettes tropicales et de saumons élevés on ne sait comment.

Un système d’abonnement très souple (la commande peut être reportée), sans engagement, permet au consommateur de s’approvisionner pour un casier, en deux clics et suivant trois formules : une fois par semaine (19,90 euros), tous les quinze jours (22,90 euros) ou mensuellement (24,90 euros). Des prix attractifs. Quel que soit l’abonnement, six à neuf casiers différents sont proposés, en fonction de la pêche, pêle-mêlant différents produits (1 kg de poisson entier, ou 2 kg de coquillages, ou 1,5 kg de crustacés, le plus souvent deux produits). Entre la pêche, la commande et la livraison (dans une épicerie de quartier proche de chez le consommateur), il ne s’écoule pas plus de 48 heures, quand sur les marchés et dans la grande distribution un poisson peut rester à quai six à huit jours… Ni manipulation ni stockage. Une garantie de fraîcheur qui fait toute la différence pour un bar de ligne, un mulet, des coques ou des palourdes sauvages.

Les prix sont fixés d’un commun accord entre Poiscaille et le pêcheur. Un tarif supérieur à ceux du marché et de la criée. « C’est le postulat pour travailler avec des pêcheurs aux productions faibles, explique Charles Guirriec, cofondateur de Poiscaille.fr, c’est une manière de les convaincre d’œuvrer ensemble. » Non sans effet. Parce qu’on « influence les pratiques, on évite la surpêche tout en mangeant du poisson, on préserve mieux les fonds marins ». En privilégiant aussi certaines pêches, des poissons souvent délaissés comme le chinchard, la vieille ou le tacaud.

Contrairement à La Ruche, Poiscaille est donc propriétaire des produits qu’il achète, sans rien enlever au circuit court. C’est aussi une manière d’éviter les diktats de la grande distribution. Il faut croire que cette démarche éthique d’une pêche durable et vertueuse séduit. Poiscaille compte aujourd’hui 1 300 abonnés individuels et une soixantaine de restaurateurs.

Il reste 70% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents