Dossier : Arménie : Artsakh, héritage miné de l’URSS

Galia Ackerman : « Un soviétisme sans le communisme »

Trente ans après la fin de l’URSS, le pouvoir russe joue la nostalgie de la gloire patriotique, y compris avec les républiques devenues indépendantes, explique l’historienne Galia Ackerman.

Née en Union soviétique, qu’elle a quittée en 1973, l’historienne et journaliste Galia Ackerman n’a cessé depuis lors de travailler sur la Russie, mais aussi sur l’Ukraine, où elle a longuement enquêté sur les suites de la catastrophe de Tchernobyl. Dans son dernier livre, Le Régiment immortel. La guerre sacrée de Poutine (1), elle décrypte la propagande de Moscou, qui loue le passé soviétique – et non l’idéologie communiste – pour mieux flatter les penchants nationalistes de la population et regagner une…

Il reste 93% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents