NDDL : La ZAD prend racine

Deux ans après l’abandon du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, les activistes ont obtenu des baux agricoles sur leurs parcelles. Ils se battent désormais pour la régularisation de l’habitat.

Patrick Piro  • 22 janvier 2020 abonné·es
NDDL : La ZAD prend racine
© photos : PATRICK PIRO

On vous conseille résolument de venir avec vos bottes, insistait l’invitation à l’anniversaire. Les salamandres ont vécu un automne frétillant sur la ZAD et nous sommes de nouveau dans une zone extrêmement humide. » Trois violentes ondées viennent de traverser le ciel. Pourtant, même en hiver, le bocage de Notre-Dame-des-Landes n’a jamais rebuté les soutiens à la lutte. Quelque 250 personnes ont rallié le lieu-dit de la Gaîté, une parcelle hautement symbolique : là se dressait un corps de ferme, le premier rasé par l’opération César de « nettoyage » de la ZAD en 2012. La boue monte parfois jusqu’à mi-mollet, mais les panzerottis et le bortsch de la cantine Schmurtz ont la préférence des commentaires. La fameuse restauration mobile, militante et végétalienne a posé ses tréteaux aux abords de la scène du jour :

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)