Chronique jardin déconfinée:le radis facile à faire pousser rapidement

Un petit légume pour apprendre à jardiner

Claude-Marie Vadrot  • 1 mai 2020
Partager :

Il y aura bientôt une cinquantaine d’année que j’ai commencé à bêcher mon jardin des environs de Gien, dans la Loiret, je ne savais pas grand-chose de la terre, ayant oublié ce que j’avais vu et essayé dans la ferme morvandelle de mes grands parents. J’ai vite compris que je me créais une addiction qui dure encore et qui m’a servi d’antidote à chaque retour de couverture journalistique d’un conflit armé lointain, de la guerre du Bangladesh aux Balkans en passant par la Tchétchénie ou le Rwanda. Le jardin potager et fruitier, c’est une ascèse, un remède, un plaisir et une façon de se nourrir. Deux fois par semaine je raconterais ce que je fais, ce que cela m’inspire et à quoi cela sert.

© Politis

Le radis fait partie des légumes que l’on sème dans les jardins d’école, si exigus soient-ils, que les enseignants utilisent pour faire comprendre aux enfants comment poussent les plantes et légumes qu’ils mangent et voient s’aligner en bottes dans les gondoles des supermarchés ou sur les étals des marchés. Explication : leurs cycles de croissance sont très courts et les mômes, comme les adultes qui apprennent le jardinage dans les jardins partagés qui sont en plus de plus en plus nombreux au pied des immeubles. Ils sont meilleurs que les radis, chargés de nitrates ou pesticides et sans saveur, vendus dans la grande distribution toute l’année.

Semer les radis, roses ou rouges, est très facile pour les enfants comme pour les adultes. On trace un sillon, on place les graines rondes et minuscules dans ce sillon : à un centimètre de profondeur pour les variétés rondes et à deux centimètres pour les variétés longues. Ensuite, il faut les recouvrir d’un peu de terre, et tasser avec la partie plate d’un râteau. Il existe une autre méthode : en utilisant des radis « pré-semés », emprisonnés et espacés dans une fine bande de papier biodégradable placées au fond du sillon (attention au vent). On arrose la bande et on recouvre d’une terre fine. En procédant ainsi, on évite d’avoir à « éclaircir » les semis, opération qui donne aux semences assez de place pour grossir. Eviter éviter de semer les (gros) radis rose de Chine dont l’apparition en France est plus liée à un effet de mode qu’à leur gout : ils sont insipides.

Les radis n’ont pas été dérobé aux Amérindiens puisqu’ils semblent avoir été cultivés depuis des milliers d’années en Mésopotamie et consommé à Babylone, dans les fameux jardins de Babylone non pas dans les mythiques « jardins suspendus » qui n’ont existés que dans la légende, mais sur des terrasses construites dans les limites de la ville, arrosées par un système d’irrigation complexe amenant l’eau de l’Euphrate. Ils ont doucement migré vers l’ouest en faisant une longue halte en dans la Grèce antique où ils étaient dédiés à Apollon. Ils ont été appréciés par les Romains puis les Italiens. Ce qui explique qu’ils aient été apportés en cadeau à la France par la jeune Catherine de Médicis avant son mariage avec Henri II. Les variétés qu’elle apporta furent semées dans l’enceinte du château de Blois.

Des variétés parvenues auparavant étaient connues en France depuis des siècles puisque au IX° siècle, suivant la tradition des Carolingiens, Charlemagne publia un capitulaire (décret organisant la vie du royaume) dressant le liste des « légumes » dont la culture devait être développée ; le radis y figurait en bonne place. Mais les missi dominici de l’empereur n’étaient pas toujours écoutés car les Français ne commencèrent guère à croquer les moins coriaces avant le XVIII° siècle. C’est au siècle précédent que les gros radis noirs furent largement consommés. Les ronds comme les longs, deux légumes-racines . D’autant plus que la tradition, qui perdure, leur prête des vertus médicinales notamment le noir sur la qualité de notre digestion, surtout consommé sous forme de jus. L’avantage du radis c’est sa teneur en vitamines et son faible apport calorique qu’il s’agisse des très gros radis roses dont le gout n’est pas bouleversant ou des radis « 18 jours » qui sont mangeable au bout d’un mois. Pour les petites espèces, il est d’ailleurs conseillé de consommer les fanes (le feuilles) que je mêle souvent à mess soupes de verdure. Celles à base d’oseille, notamment.

Sans oublier que les radis qu’ils furent le surnom, dans les années 30, des radicaux réputés être rouge à l’extérieur, blancs à l’intérieur. Sans que l’on sache clairement d’où vient l’expression « ne plus avoir un radis »…

_(à suivre: la courgette)
_

Publié dans
Les blogs et Les blogs invités
Temps de lecture : 4 minutes
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don