Surveillance : La Macronie veut le monopole de l’image

La loi dite de « sécurité globale » pourrait bien constituer une victoire décisive pour l’État et ses forces de l’ordre.

Romain Haillard  • 4 novembre 2020
Partager :
Surveillance : La Macronie veut le monopole de l’image
© Ludovic MARIN/POOL/AFP

Dans la guerre des images, le vote de la loi dite de « sécurité globale » pourrait bien constituer une victoire décisive pour l’État et ses forces de l’ordre… et une défaite cuisante pour tout contre-discours. Les députés discuteront la proposition de loi portée par les marcheurs Alice Thourot et Jean-Michel Fauvergue – ex-flic, ex-patron du Raid – en séance plénière à partir du 17 novembre, avec le soutien enthousiaste du ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin. Au programme et pour faire court : plus d’images pour surveiller les citoyens, moins de vidéos pour observer les pratiques policières.

Les drones pourraient continuer de voler, légalement cette fois. En mai, le Conseil d’État les avait cloués au sol, pointant l’absence de cadre réglementaire. Voilà le cadre enfin rédigé. Limité à certaines missions, mais celles-ci brassent large. Pour n’en citer que trois sur neuf, les drones pourront scruter les cortèges mais serviront aussi à « la prévention d’actes de terrorisme » et à surveiller « des littoraux et des zones frontalières ».

Cette loi « sécurité globale » permettra également un usage débridé des caméras individuelles, dont l’utilisation était assortie d’une garantie depuis une loi de 2016. Les images ne pouvaient être consultées qu’au cas où un événement particulier s’était déroulé pendant une intervention. La proposition de loi fait sauter ce verrou et permettrait même une transmission des images en temps réel au poste de commandement : lors d’une manif, des écrans retransmettraient directement les images prises par les policiers sur le terrain. La Quadrature du Net met en garde contre un possible traitement automatisé de ces images par des algorithmes, notamment de reconnaissance faciale.

Enfin, la loi propose la création d’un délit pour toute diffusion d’images d’agents des forces de l’ordre identifiables sur les réseaux sociaux. Cette revendication des syndicats policiers, Gérald Darmanin en a fait une promesse. Le texte se prétend mesuré, puisque la diffusion serait punissable uniquement si elle est faite pour porter atteinte à « l’intégrité physique ou psychique » d’un agent. L’intention malveillante exclurait les journalistes de son champ d’application. Mais un manifestant pourra-t-il toujours filmer un cortège en direct ? Un témoin, une interpellation violente ? Une fois une vidéo devenue virale, qui est responsable, entre l’auteur des images et ses relayeurs ? Un an de prison ferme et 45 000 euros d’amende suffiront à dissuader les vidéastes amateurs de se poser la question. Le téléphone restera sagement dans la poche, tandis que drones et caméras piétons apporteront la seule version des faits admise.

Politique
Temps de lecture : 2 minutes
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Génération·s : derrière la crise, la main de LFI ?
Politique 23 février 2024

Génération·s : derrière la crise, la main de LFI ?

Le petit parti fondé par Benoît Hamon, tiraillé entre plusieurs options pour les européennes, vient de désapprouver ses deux dirigeants nationaux, Léa Filoche et Arash Saeidi. Des membres les accusent d’avoir tenté un « coup de force ».
Par Lucas Sarafian
Face au RN, les contradictions de la Macronie
Analyse 21 février 2024

Face au RN, les contradictions de la Macronie

Au sein de la coalition présidentielle, les positions sont très floues sur l’attitude à adopter face à la formation de Marine Le Pen. Les erreurs et les « fautes » sur le sujet rendent la ligne macroniste illisible et inconséquente face à la progression de l’extrême droite dans le pays.
Par Lucas Sarafian
La difficile résistance d’une certaine idée du communisme municipal
Analyse 21 février 2024 abonné·es

La difficile résistance d’une certaine idée du communisme municipal

En 2021, le maire PCF de Grigny, Philippe Rio, remportait le titre de meilleur maire du monde. Cette année, c’est la maire communiste de Graz – la deuxième ville d’Autriche –, Elke Kahr, qui remporte le titre. Le communisme municipal a-t-il de beaux jours devant lui ?
Par Lucas Sarafian
Accusée d’être hors de « l’arc républicain », la France insoumise veut jouer bloc contre bloc
Analyse 19 février 2024

Accusée d’être hors de « l’arc républicain », la France insoumise veut jouer bloc contre bloc

Marginalisé par les troupes macronistes, le mouvement mélenchoniste refuse de revoir sa stratégie de la conflictualité. Les plus unionistes des ex-alliés de la Nupes tentent de déconstruire le récit du gouvernement et de la majorité. Mais le bruit et la fureur sont toujours d’actualité.
Par Lucas Sarafian