Bolsonaro et la transition inachevée

L’élection au Brésil d’un président d’extrême droite, arrivé au pouvoir après l’éviction de la gauche sous des prétextes de « corruption », est aussi une conséquence de la transition démocratique incomplète du pays.

L’élection au Brésil de Jair Bolsonaro a rompu avec une appréhension du temps linéaire et déterministe : celle de la transition démocratique par laquelle le pays, marqué par la dictature militaire (1964-1985), se dirigeait inéluctablement vers la consolidation de l’État de droit, d’une culture démocratique, et le maintien de l’armée dans une soumission au pouvoir civil. Le président d’extrême droite s’est fait élire sur son apologie de la violence d’État sous la dictature et sa volonté d’en poursuivre les…

Il reste 88% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.