La Commune : Une commémoration qui dérange

La « légende noire » de la Commune a toujours ses adeptes dans les rangs de la droite. D’autres nient son apport à la République.

Les Versaillais ont une postérité. Cent cinquante ans après, la Commune de Paris continue de révulser quelques élus et intellectuels de droite. L’historien Pierre Nora est de ceux-là. Invité le 4 mars dans le grand entretien de France Inter, il n’a pas caché son hostilité à toute commémoration de cette expérience révolutionnaire. « Oui Napoléon, non la Commune », a lâché l’académicien en réponse à Léa Salamé qui lui demandait s’il fallait commémorer le bicentenaire de la mort de Napoléon (5 mai 1821) et la Commune de Paris (18 mars-28 mai 1871).

Début février, c’est la droite du Conseil de Paris qui avait mené la charge contre les commémorations prévues pour le cent-cinquantième anniversaire. Opposé à l’attribution d’une subvention de 12 000 euros aux « Amies et Amis de la Commune de Paris 1871 », Rudolph Granier, élu Les Républicains du XVIIIe arrondissement, a reproché à cette association, qu’il assimile un peu vite à un satellite du PCF, de « glorifier les événements les plus violents » de ce soulèvement ; d’abriter une pétition contre l’inscription de la basilique du Sacré-Cœur aux monuments historique dans le prolongement de la Commune qui, ironise-t-il, « n’a pas été l’amie des monuments de Paris » en évoquant « les incendies […] qui ont ravagé des pans entiers de la capitale ».

« Nous n’avons pas de raison d’honorer ce triste moment de guerre civile », a renchérit Antoine Beauquier, élu du XVIe, alors que le Conseil de Paris était amené à se prononcer sur les commémorations prévues par l’équipe d’Anne Hidalgo.

Il reste 65% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.