Gauche : Partis de plaisir

Michaël Foessel analyse les rapports entre la gauche et la jouissance, inséparable selon lui d’un projet de transformation sociale et écologique.

Sobriété n’est pas ascèse. La droite a beau jeu de dresser un portrait de la gauche – surtout maintenant qu’elle s’engage sur les questions d’écologie politique – en castratrice ou défendant une idéologie de pisse-froid. Car la gauche a longtemps eu, comme une bonne part des philosophies de l’égalité et de l’émancipation, une profonde méfiance vis-à-vis du plaisir. Nous avions, dans ces pages, recensé le formidable livre du syndicaliste et ancien résistant italien Bruno Trentin, La Cité du travail. Le…

Il reste 94% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.